Montréal veut devenir la ville la plus intelligente au monde en 2017

Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion.
Photo: Associated Press Silvia Izquierdo Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion.

En 2017, Montréal sera la ville la plus intelligente du monde. Tel est l’objectif visé par Harout Chitilian, responsable du dossier au comité exécutif de la Ville, qui a annoncé mercredi la création du Bureau de la Ville intelligente et numérique promis en campagne électorale par Denis Coderre.

 

Le comité exécutif a donné son aval à l’octroi d’un budget de 400 000 $ pour la mise en place du bureau, qui aura pour mission, au cours des prochains mois, d’élaborer une stratégie pour engager Montréal dans une révolution numérique.

 

Quatre axes ont été déterminés, dont la libération massive de données, le développement de plateformes Web, le déploiement d’infrastructures de réseaux sans fil et le développement de systèmes intelligents de gestion dans des domaines comme le transport ou l’environnement.

 

Le bureau comptera un chef de service — qu’il faudra recruter — et trois employés.

 

Pour l’instant, M. Chitilian ne peut préciser les investissements qui seront requis pour propulser Montréal au sommet du palmarès des villes intelligentes. Il croit que plusieurs projets pourraient être réalisés à même les budgets des différents services, d’autres avec des partenaires externes. « Il faut donner la chance au bureau de faire l’inventaire des initiatives actuelles et de conclure des partenariats », a-t-il fait valoir.

 

Harout Chitilian reconnaît par ailleurs que la structure de gouvernance de la Ville, avec ses 19 arrondissements, représente un défi qu’il faudra surmonter. Il a cité l’exemple du nouveau système de radiocommunications SERAM qui sera utilisé par les policiers et les pompiers, mais qui n’obtient pas l’adhésion de tous les arrondissements.

 

Des doutes

 

Le conseiller Marc-André Gadoury croit qu’il sera ardu de faire de Montréal la ville la plus intelligente de la planète en trois ans. « Il m’est difficile de remettre en cause des buts audacieux parce que j’aime l’audace en général. Mais dans ce cas-ci, je suis un peu sceptique face au peu de moyens qu’on semble vouloir déployer pour réaliser cette ambition », explique-t-il.

 

Selon lui, l’administration devra engager rapidement des discussions avec les arrondissements pour les convaincre d’adhérer au projet.

10 commentaires
  • André Ouellet - Abonné 27 mars 2014 01 h 58

    La ville la plus intelligente au monde !

    Une grosse ambition. Je ne connais pas M.Chitilian,mais il me semble que c'est un gros projet. Lorsque l'on pense à BXI Montréal,on s'aperçoit que ce n'est pas si facile de partir des projet à Montréal.Bonne chance.

  • LAURENT PRADIES - Inscrit 27 mars 2014 03 h 51

    voire...

    De la manipulation et glissement du vocabulaire: ce n'est pas le medium qui fait l'intelligence ...celle-ci repose sur la capacité à analyser l'information, donner un iphone à un poisson , il n'en fera pas plus que si vous mettez à sa disposition une fourchette ... ce qui fera de Montréal une ville "intelligente" sera uniquement l'investissement dans l'éducation qui permettra d'élever la qualité d'analyse de l'information .... et ceci n'a pas de lien direct avec la forme du médium ...ainsi rien de se qui est présenté dans cet article n'augmentera l' "intelligence " A MRL , cela n'améliorera que le caractère moutonnier de l'animal humain ...mettez un troupeau de moutons (des vrais) dans l'espace urbain il aura un comportement plus efficace que le troupeau "humain" sans ce lot de prothèses numériques...

    • Claude Lachance - Inscrite 27 mars 2014 07 h 03

      j'endosse vos propos avec un plaisir printannier.

    • Marc Davignon - Abonné 27 mars 2014 07 h 19

      Vous avez bien compris!

  • Yves Côté - Abonné 27 mars 2014 04 h 13

    Intelligente mais...

    "Montréal veut devenir la ville la plus intelligente au monde" ?
    Les résidants sans toit de ses rues sales et transversales, ces autres-là qui seront expulsés comme des numéros par des compagnies sans coeur mais avec beaucoup de numéros, doivent souhaiter que la chose arrive un jour à se faire sans oublier que la valeur de l'Homme repose bien plus sur son coeur que sur son cerveau !!!
    Parce qu'intelligente mais sans coeur, la Métropole ne sera rien de plus qu'une belle vitrine vidée de contenu.

  • Pierre Blain - Abonné 27 mars 2014 05 h 17

    Il faudrait d'abord

    Pour que Montréal devienne la ville la plus intelligente, il faudrait d'abord qu'elle pense à tous ses citoyens et adapte ses services en ligne en fonction de ceux qui n'ont pas les dernières technologies. L'exemple parfait de son manque de respect des utilisateurs est son site internet. On ne peut plus avoir accès au rôle d'évaluation de la ville si on n'a pas la plus poussée des versions. Complètement abberrant et pas "user friendly",

    Je doute donc de la volonté réelle de nous offrir à nous citoyens l'accès en ligne facilement.

  • Guy Lafond - Inscrit 27 mars 2014 06 h 30

    Qu'est-ce que l'intelligence aujourd'hui?


    Une ponction de 400,000$ pour pondre une stratégie? Et ensuite?

    Attendez un peu, s'il vous plaît. Cessons de garnir de bastingues ce qui ressemble déjà à une galère.

    Nos enfants vont vous l'indiquer ce que c'est l'intelligence.

    Tout d'abord, en devenant eux-même de nouveaux modèles de courage qui respectent les notions de mesure et d'éthique. Ils deviendront des navigateurs aguérris, des explorateurs d'une modernité puisée à même les gains âprement gagnés par leurs parents aux fil des générations.

    Autrement dit, ils auront développé l'intelligence de notre humilité, de notre droiture et de notre tenacité.