Petite réorganisation de la haute fonction publique montréalaise

Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, et le maire Denis Coderre
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, et le maire Denis Coderre
L’administration Coderre-Desrochers procédera à une réorganisation de la haute fonction publique de la Ville de Montréal. La réforme entraînera la suppression de trois postes de cadres de direction, ce qui correspond à une économie d’environ 400 000 $.

Les modifications à l’organigramme feront de sorte que plusieurs services se retrouveront désormais sous la responsabilité directe du nouveau directeur général, Alain Marcoux. Quatre directions générales adjointes seront créées et cinq services seront abolis, dont celui des infrastructures, du transport et de l’environnement, ainsi que celui du contrôleur général, qui relèvera d’Alain Marcoux.

Les services des finances, des ressources humaines, de la performance organisationnelle, de la police, de la Sécurité incendie de Montréal et des technologies de l’information et des communications se retrouveront aussi sous la responsabilité du directeur général.

Trois postes supprimés

Ce brassage de structures entraînera l’abolition de 11 postes, mais nécessitera la création d’un total de huit postes de directeur général adjoint ou de directeur de service. Cela devrait faire baisser la masse salariale de 400 000 $, évalue l’administration.

« Il y avait 15 directeurs. Là, il y en a quatre. Au lieu d’avoir un gros meeting toutes les semaines avec 15 directeurs, ça sera réduit. C’est un exercice d’efficacité. Il faut que le directeur général ait des outils plus fluides pour travailler, a expliqué le maire, Denis Coderre. Ça va avoir un impact pour le fonctionnement de la Ville. »

De son côté, le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, reconnaît que les sommes économisées ne sont pas substantielles, mais qu’il s’agit d’« un pas dans la bonne direction ». Cette réorganisation de la haute fonction publique n’est qu’un prélude à une plus vaste réforme qu’entreprendra l’administration, dit-il.

Pour le chef de l’opposition, Richard Bergeron, la réforme de l’administration ressemble davantage à un « petit jeu de chaises musicales », sans plus. L’arrivée d’un nouveau directeur général amène toujours ce type de changement, signale-t-il.

L’administration devra faire des gestes beaucoup plus radicaux pour prétendre à la « réorganisation importante » annoncée dans son communiqué de presse, car Montréal compte 500 cadres de trop, soutient M. Bergeron : «Ça va demander du courage. Ils ont bougé trois cadres, et ils qualifient ça d’“ important ”. Rendus à huit, ils vont dire qu’ils ont viré la planète de bord ? »
2 commentaires
  • Normand Murray - Inscrit 20 février 2014 17 h 12

    Le passé.

    Avec tout les postes créés sous l'administration Tremblay il reste encore beaucoup de bois mort parmi les innombrables structures administratives. Des histoires comme 19 arrondissements répartis en trois paliers et que dires des paramunicipales.Trop de chefs pas assez d'indiens est la réalité.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 21 février 2014 08 h 07

      Ouais, ce n'est pas encore la révolution dans les murs de l'hotel de ville à Montréal. L'éléphant Coderre accouche-t'il d'une souris ?

      Son Bulldozer a-t'il frappé une roche trop grosse pour sa puissance ?

      À la question «Que pensez-vous du premier 100 jours de Coderre ?» Réponse : Pas impressionné. Je m'attendais à... plus !

      PL