Allo-Stop Montréal déclare faillite

La fermeture des bureaux de Montréal n’affecte cependant pas les activités d’Allo-Stop Québec, qui entend assurer la poursuite des opérations du réseau afin de ne pas laisser les abonnés en plan.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir La fermeture des bureaux de Montréal n’affecte cependant pas les activités d’Allo-Stop Québec, qui entend assurer la poursuite des opérations du réseau afin de ne pas laisser les abonnés en plan.

Née il y a plus de 30 ans, l’entreprise de covoiturage Allo-Stop Montréal a déclaré faillite. La fermeture des bureaux de Montréal n’affecte cependant pas les activités d’Allo-Stop Québec, qui entend assurer la poursuite des opérations du réseau afin de ne pas laisser les abonnés en plan.

 

La semaine dernière, des abonnés du service de covoiturage qui se sont présentés aux bureaux d’Allo-Stop Montréal, rue Saint-Denis, se sont butés à des portes closes. La boîte vocale du service étant pleine, il était donc impossible d’y laisser un message.

 

La rumeur s’est finalement confirmée. Allo-Stop Montréal a fait faillite. Selon le registre du Bureau du surintendant des faillites Canada, l’entreprise a enregistré sa faillite le 16 janvier et déclaré des dettes totalisant 483 036 $, alors que ses actifs atteignent 19 034 $.

 

Sa présidente, Marie-Claire Bergeron, n’a pas rappelé Le Devoir.

 

Le 13 janvier dernier, déconcertés par la fermeture inexpliquée des bureaux montréalais d’Allo-Stop, des abonnés se sont mis à téléphoner à Allo-Stop Québec. « Nous, à Québec, on n’a pas été prévenus, pas plus que les clients », a relaté Joe Spratt, présidente d’Allo-Stop Québec et cofondatrice du service.

 

Mme Spratt a appris la faillite de l’entreprise montréalaise par l’entremise d’un courriel expédié lundi par le syndic. Mais elle ignore les raisons qui ont conduit à la fermeture de l’entreprise soeur.

 

Précisons qu’Allo-Stop Montréal et Allo-Stop Québec sont deux sociétés distinctes qui utilisaient une marque de commerce commune tout en détenant chacune leur territoire. Leurs membres pouvaient utiliser les services des deux entreprises. Allo-Stop avait aussi des bureaux à Sherbrooke, Rimouski, Jonquière, Drummondville et Chicoutimi.

 

Pour s’assurer que les clients ne sont pas laissés en plan, Allo-Stop Québec a autorisé l’accès à son site Internet à tous les abonnés de la province et rapatrié l’ensemble des destinations de manière à ce que le service puisse continuer d’être offert à la clientèle.


La concurrence

 

Mme Spratt précise que des formalités légales devront être réglées à la suite de la faillite d’Allo-Stop Montréal, mais que son entreprise n’est pas en danger. Elle laisse toutefois entendre que son association avec le bureau montréalais a nui à la progression d’Allo-Stop Québec. « Le fait d’avoir deux compagnies nous empêchait d’avancer parce qu’il nous fallait nous entendre sur les règlements et on n’était pas tout le temps d’accord », a-t-elle expliqué. À titre d’exemple, Allo-Stop Montréal a été moins prompte qu’Allo-Stop Québec à prendre le virage Internet, dit-elle.

 

L’arrivée en 2006 du concurrent Amigo Express, dont le service s’étend à l’échelle du Canada et des États-Unis, a aussi fait mal à Allo-Stop. C’est du moins ce que croit André Nault, président des Amis de la Terre de l’Estrie, qui était dépositaire d’Allo-Stop à Sherbrooke depuis août dernier. La fermeture de l’entreprise montréalaise l’oblige à mettre fin aux services de covoiturage à Sherbrooke.

 

« On n’a pas su s’adapter à la vitesse d’Internet », dit-il. Selon lui, le site Internet plus convivial d’Amigo Express et ses règles moins rigides de sécurité l’ont avantagé. Allo-Stop exigeait notamment de rencontrer en personne les nouveaux membres. « Jusqu’à un certain point, ce principe de sécurité a amené Allo-Stop dans une voie sans issue », soutient-il.