cache information close 

Union Montréal conteste sa dissolution forcée

Union Montréal a entrepris de contester la décision du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) de forcer la dissolution du parti. La formation politique de l’ex-maire Gérald Tremblay et son agent officiel, Marc Deschamps, ont déposé mercredi devant la Cour supérieure une requête en révision judiciaire. Union Montréal allègue qu’en condamnant le parti à la disparition, le DGEQ a outrepassé ses pouvoirs et le prive de son droit de défendre ses représentants devant la commission Charbonneau. Dans sa décision du 12 novembre, le DGEQ avait également sommé Union Montréal de lui remettre, dans les dix jours, les sommes et actifs détenus par le parti. En attendant qu’un juge se penche sur sa requête, le parti demande que le tribunal suspende l’exécution de la décision du DGEQ.

1 commentaire
  • Donald Bordeleau - Abonné 22 novembre 2013 22 h 11

    Ils veulent le trésor de guerre accumulé sous l'égide de Trépanier et M.A Deschamps

    Monsieur Marc A. Deschamps est un personnage qui tire les ficelles et dirige les marionnettes. Il a été important lors du référendum de 1995 et lors du démembrement de la ville de Montréal en 2004.

    Mais de 2001 à 2010, Monsieur Deschamps était très lié avec Monsieur Trépanier comme le démontre les milliers d’appel téléphonique entre les deux hommes. Leur proximité était gagnante pour Zampino qui les déléguait sur les comités de sélection.
    De plus Cantania était un client de Monsieur Marc A. Deschamps comme comptable et connu comme un spécialiste de la gouvernance.

    Monsieur Deschamps est un personnage énigmatique qui laisse un flou de vraisemblance à son témoignage. Ce témoignage préparé avec Morrow, le maire Tremblay et l’avocat Union Mtl laisse songeur et suspect. Il a une proximité avéré au PLQ par ses dons et a déjà été l’agent officiel de Monsieur Raymond Bachand dans Outremont.

    Le trio D.T.Z ( Deschamps, Trépanier et Zampino ) étaient dans toutes les activités dont il tiraient les ficelles. L’argent du 3% allait dans les poches de deux personnes et qui d’autres en profitaient ?