Un avenir flou pour la Coalition et Vision Montréal

Marcel Côté
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Marcel Côté

Le réveil a été brutal lundi matin pour plusieurs candidats de Coalition Montréal. Non seulement le groupe dirigé par Marcel Côté n’a fait élire que six personnes, mais la moitié de ses candidats ne pourront obtenir le remboursement de leurs dépenses électorales. Et au lendemain du vote, personne ne s’avance à dire si la Coalition - et Vision Montréal - survivra.

 

« Nous aurons beaucoup de discussions à ce sujet dans les prochains jours, a indiqué au Devoir Marcel Côté lundi après-midi. Je ne me prononcerai pas avant une dizaine de jours sur le futur de la Coalition et celui de Vision Montréal. Nous avons six élus, dont trois anciens de Vision et trois qui sont plus de la mouvance de l’ouest. Il faut voir. » Tout est sur la table ? « Oui. »

 

Réélue conseillère dans Villeray, Elsie Lefebvre a qualifié de « brutal » le verdict, notamment pour la chef de Vision Montréal, Louise Harel, et le maire sortant, Laurent Blanchard, tous deux battus. « Nous prendrons les prochains jours pour réfléchir », a-t-elle indiqué.

 

Lourde dette

 

Lui aussi rescapé de la débandade, Réal Ménard (maire de Mercier -Hochelaga-Maisonneuve) se disait « renversé, ahuri, abasourdi » par l’ampleur de la défaite. Comme les deux autres, M. Ménard ne souhaitait pas s’avancer à prédire l’avenir de la Coalition, ni celui de Vision Montréal - qui traîne toujours une dette de près de 550 000 $.

 

« La seule chose qui est exclue, sur le plan personnel, c’est que je passe à un autre parti. Mais est-ce que mon véhicule parlementaire sera la Coalition, je ne sais pas. » M. Ménard dit qu’il serait « difficile sur le plan éthique » de siéger sous la bannière de Vision alors qu’il a fait campagne à une autre enseigne. Il se dit ouvert à « accepter des responsabilités » si Denis Coderre lui en offre au sein d’une administration de coalition.

 

Autre sujet de préoccupations pour les candidats défaits : seulement la moitié d’entre eux ont obtenu au moins 15 % du vote, ce qui leur permettra d’obtenir un remboursement de 70 % de leurs dépenses électorales. Les autres - Marcel Côté, huit candidats à la mairie et une quarantaine de conseillers - devront assumer 100 % de leurs dépenses.

 

« C’est un problème, mais j’en ai réglé des biens plus difficiles dans ma vie, expliquait Marcel Côté lundi. Ça ne m’inquiète pas. » La Coalition avait amassé quelque 375 000 $ en dons.

À voir en vidéo