Élections municipales - Le Système rapide par bus coûterait 910 millions

La candidate Mélanie Joly
Photo: - Le Devoir La candidate Mélanie Joly

La candidate à la mairie de Montréal Mélanie Joly a dévoilé lundi les détails du réseau de Système rapide par bus (SRB) de 130 kilomètres qu’elle souhaite implanter, une pièce maîtresse de sa plateforme électorale en prévision du scrutin du 3 novembre.

 

« Le SRB va répondre directement aux problèmes de congestion automobile que vivent quotidiennement les Montréalais et améliorer leur qualité de vie. C’est une réponse somme toute très simple, efficace et abordable à la question de circulation automobile », a expliqué la chef du parti Le Vrai Changement pour Montréal.

 

Le réseau de SRB montréalais s’inspirerait de ceux implantés à Bogotá, à Mexico et à Cleveland et comporterait, à terme en 2021, 130 km de voies réservées, dont 62 km lors d’un premier mandat. L’implanter coûterait 7 millions par kilomètre, soit quelque 910 millions, estime Mélanie Joly. La première phase, qui compterait six circuits, se déploierait sur le boulevard Newman (à Lachine), le boulevard Henri-Bourassa, le boulevard Pie-IX, l’avenue du Parc, le chemin de la Côte-des-Neiges et au centre-ville. « C’est 8 fois moins cher que le tramway et 40 fois moins cher que le métro », a rappelé Mme Joly.

 

Stations chauffées

 

Le système de SRB serait doté de voies réservées ainsi que de stations chauffées et climatisées. De plus, les véhicules bénéficieraient d’une priorité aux intersections. « Le SRB est un système à géométrie variable. L’intention n’est pas d’affecter la structure commerciale existante sur des rues comme l’avenue du Parc et Côte-des-Neiges », a indiqué Mathieu Bélanger, urbaniste et candidat au poste de conseiller pour l’équipe Joly.

 

Bien que le projet de SRB sur le boulevard Pie-IX accumule les retards depuis six ans, Mélanie Joly croit possible d’implanter cinq autres circuits au cours d’un premier mandat puisque les projets se limiteraient au territoire montréalais : « Je veux m’assurer qu’on ait le contrôle sur le projet contrairement à Pie-IX qui est géré par l’AMT [Agence métropolitaine de Montréal] et où différentes municipalités sont impliquées ».

 

Elle estime que la Ville assumerait 45 % des coûts d’implantation. Les coûts de fonctionnement pourraient être couverts par les revenus de taxes supplémentaires que prévoit l’équipe Joly avec la rétention de 30 000 familles à Montréal.

 

Plus tôt dans la journée, Richard Bergeron a reproché à Mme Joly de n’avoir qu’une solution unique, soit les SRB, pour tous les problèmes de Montréal. « Quand M. Bergeron dit qu’on pense petit, je trouve ça très drôle parce que lui arrive avec seulement 10 kilomètres [de tramway] au centre de Montréal, a répliqué Mélanie Joly. C’est une vision complètement déconnectée et réductrice. Montréal, ce n’est pas juste le Plateau Mont-Royal, c’est 19 arrondissements. C’est pour ça qu’on arrive avec 130 kilomètres. »

À voir en vidéo