DGEQ : Union Montréal devra être dissous

Union Montréal pourrait disparaître pour de bon. Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a fait savoir mercredi qu’il s’apprêtait à retirer l’autorisation de l’ancienne formation politique de Gérald Tremblay. Le DGEQ reproche au parti de ne pas avoir de chef depuis plusieurs mois et d’avoir omis de prouver qu’il comptait un minimum de 100 membres, ce qui est pourtant requis par la loi. Toute personne désireuse de s’opposer à la dissolution d’Union Montréal aura jusqu’au 7 octobre pour se manifester. Si le DGEQ dissout la formation politique, il prendra aussi en charge l’argent qui reste dans les coffres du parti. Ce montant, dont l’ampleur n’est pas connue, sera versé à la Ville de Montréal une fois les dettes du parti remboursées. Rappelons qu’en mai dernier, les élus d’Union Montréal avaient annoncé la dissolution du parti, mais celle-ci ne s’est jamais concrétisée. Le représentant officiel du parti, Marc Deschamps, n’a pas rappelé Le Devoir.