Coderre sommé de s’expliquer sur ses liens avec Eddy Brandone

Alors secrétaire d’État, Denis Coderre aurait tenté d’empêcher une manifestation de la FTQ-Construction dans la circonscription de Jean Chrétien.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Alors secrétaire d’État, Denis Coderre aurait tenté d’empêcher une manifestation de la FTQ-Construction dans la circonscription de Jean Chrétien.

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre se retrouve dans l’embarras à la suite de révélations concernant ses liens avec Eddy Brandone qui a déjà frayé avec la mafia et qui a même admis connaître des membres du milieu interlope.

 

Les anciens dirigeants de la FTQ-Construction Richard Goyette et Jocelyn Dupuis révèlent dans leur livre, Syndicalistes ou voyous?, que Denis Coderre a fait appel à Eddy Brandone pour faciliter une rencontre avec Jocelyn Dupuis en 2000.

 

Dans leur livre, les auteurs racontent qu’un soir, vers minuit et demi, Eddy Bradone a téléphoné à Jocelyn Dupuis pour qu’il se rende aussitôt au restaurant Roberto, à Montréal, pour rencontrer Denis Coderre, alors secrétaire d’État, et Alfonso Gagliano, l’ancien ministre des Travaux publics. Les deux hommes voulaient, semble-t-il, rencontrer Jocelyn Dupuis pour empêcher une manifestation de la FTQ-Construction, prévue dans la circonscription de Jean Chrétien, pour dénoncer la loi sur l’assurance-emploi.

 

Selon ce que rapportent les auteurs, Denis Coderre et Alfonso Gagliano auraient alors marchandé avec Jocelyn Dupuis des modifications à la loi si la FTQ-Construction s’abstenait de manifester, ce qui a été le cas.

 

Avare de commentaires

 

Lorsque Le Devoir a tenté de joindre Denis Coderre pour connaître sa version des faits, son attaché de presse nous a fait parvenir uniquement ce commentaire. « Il faut rappeler qu’à l’époque, les différents syndicats revendiquaient des changements profonds au régime de l’assurance-emploi. Les négociations ont donc été très intenses avec tous les syndicats, y compris la FTQ. Cela dit, je confirme qu’il n’y a jamais eu d’entente. D’ailleurs, Richard Goyette admet que le projet de loi déposé ne contenait pas les demandes de modifications de la FTQ. Il est malheureux que M. Dupuis et M. Goyette, pour vendre leur livre, blâment tout le monde pour tout et ne prennent aucune responsabilité pour leurs actes », a seulement fait savoir M. Coderre.

 

Trafic d’influence?

 

Il a donc été impossible de savoir si les révélations de Jocelyn Dupuis et de Richard Goyette sont véridiques, s’il a effectivement fait appel à Eddy Brandone et s’il connaissait le passé trouble de cet homme.

 

Le chef de Coalition Montréal, Marcel Côté, croit que Denis Coderre se doit de donner des explications. « Denis Coderre est accusé, à tort ou à raison, de tentative de trafic d’influence. M. Coderre doit répondre. C’est la deuxième fois pendant la campagne que sa feuille de route serait entachée. Il ne peut pas rester muet pour une deuxième fois », affirme M. Côté.

 

Les révélations de Jocelyn Dupuis et de Richard Goyette risquent de perturber la campagne électorale de Denis Coderre à la mairie de Montréal. Selon leurs dires, le Parti libéral du Canada, dont faisait partie M. Coderre, avait annoncé des modifications à la loi sur l’assurance-emploi, comme cela avait été convenu avec la FTQ-Construction en 2000, mais, au bout du compte, les libéraux ont déposé un projet de loi sans les modifications. « Nous avons été manipulés et dupés par Coderre et Gagliano », écrit M. Goyette. « Comment peux-tu avoir confiance en un politicien qui te fait ça », demande pour sa part M. Dupuis.

12 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 23 septembre 2013 00 h 33

    On s'y attendait

    Tôt ou tard, la vérité aurait fait surface. Nous en prenons note pour les élections municipales de Montréal.

  • Marcel Bernier - Inscrit 23 septembre 2013 00 h 51

    Disgrazia!

    C'est un terme que le candidat à la mairie doit bien connaître, sinon il devrait se le faire expliquer par nos amis d'origine italienne.

  • François Dugal - Inscrit 23 septembre 2013 07 h 59

    Eddy

    Eddy qui? Ce nom me dit quelque chose.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 23 septembre 2013 18 h 13

      Pour l'histoire :

      Une fois c't'un gars qui s'appelle Eddy Brandone ; un militant libéral lié à la mafia et qui était filé par la police de la SQ.

      Il est allé parler à Jean Charest en conférence à un hôtel de Dorval, tel un gars qui a ses entrées, et pouf, la SQ cessa immédiatement la filature sur un ordre venu d'en haut.

      Que Brandone soit lié à Coderre, un libéral impliqué dans le scandale des commandites (la fraude anti-souveraineté de plus de 330 millions d'argent public), ne fera tomber personne en bas de sa chaise.

      Ça sent la corruption dans la famille libérale, et c'est une histoire sans fin.

      «La société d’État a rapporté hier que des agents de la SQ avaient reçu l’ordre d’interrompre la filature de M. Brandone après que ce dernier eut rencontré M. Charest dans un hôtel de Dorval, en marge d’une réunion du premier ministre avec la communauté inuite. L’incident aurait provoqué un malaise au sein de la SQ ; citant quatre sources policières, Radio-Canada indique que la décision d’interrompre la filature a pris les autorités de court.»

      «Le chef libéral a confirmé qu’il connaît Eddy Brandone depuis 1993 alors que ce dernier était un des donateurs pour sa course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur. Militant au Parti libéral du Québec par la suite, M. Brandone a eu l’occasion de rencontrer le chef libéral à plusieurs reprises lors de manifestations partisanes.»

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/356416/l-

  • Gilles Théberge - Abonné 23 septembre 2013 08 h 04

    C'est le printemps

    Malgré les apparences, c'est le printemps. Et au printemps comme on sait, la neige fond.

    C'est alors qu'on peut voir clairement la nature et la forme de la structure de soutien, en réalité la patente qui permettait au bonhomme de neige d'avoir l'air de se tenir debout tout seul...

    Est-ce que je me trompe, ce monsieur dont on parle ne serait-il pas le même dont la filature par la SQ a pris fin abruptement, après qu'il se soit approché jusqu'à l'oreille de Jean Charest?

    • Djosef Bouteu - Inscrit 23 septembre 2013 18 h 18

      Oui, c'est bien Eddy Brandone, comme dans «filature prenant fin mystérieusement».

      Les enquêteurs de la SQ qui le filaient se font ordonner d'arrêter la filature juste après que M. Brandone soit allé parler à Jean Charest, l'ex Premier Ministre, qui était en conférence dans un hôtel de Dorval.

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/356416/l-

      La «famille libérale» a de bien mauvaises fréquentations.

  • Réjean Grenier - Inscrit 23 septembre 2013 11 h 14

    Coderre, hum!!!

    Je m'attendais bien à ce que quelques squelettes sortent des
    profonds placards d'un aussi vieux «et probablement» un aussi «ratourreux» personnages.

    Il faudra l'avoir à l'oeil celui-là car il connaît toutes les ficelles
    pour bien s'attacher le pouvoir.

    Attention!

    Réjean Grenier