Métro de Montréal: pas de nouvelles stations avant 2020

Même si Québec souhaite aussi s’attaquer à la ligne jaune, la priorité a été donnée au prolongement de la ligne bleue, puisque l’ajout de stations sur cette ligne permet d’envisager l’achalandage le plus élevé.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Même si Québec souhaite aussi s’attaquer à la ligne jaune, la priorité a été donnée au prolongement de la ligne bleue, puisque l’ajout de stations sur cette ligne permet d’envisager l’achalandage le plus élevé.
Québec a confirmé vendredi son intention de prolonger la ligne bleue du métro de Montréal vers l’est, mais la première pelletée de terre n’est pas pour demain. Sans vouloir fixer un échéancier précis, le gouvernement envisage l’inauguration de cinq nouvelles stations « au début des années 2020 ».

Le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, a annoncé la création d’un bureau de projet doté d’un budget de 38,8 millions de dollars, qui se prononcera d’ici environ deux ans sur le coût précis et l’échéancier des travaux de prolongement du métro, de Saint-Michel à Anjou. Ce bureau de projet analysera également l’emplacement des futures stations, les tracés envisageables et le mode de réalisation à privilégier.

« Je sais que tout le monde voudrait que je parte avec ma pelle pour creuser le tunnel après la conférence de presse, a concédé M. Gaudreault, en insistant sur la nécessité de ne pas précipiter les choses. Il faut être extrêmement prudent et responsable. On ne veut pas tomber dans les mêmes ornières que le précédent gouvernement et se retrouver avec des dépassements de coûts et des délais. »

« On est à la fois déterminés et prudents », a renchéri le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée.

Projet coûteux

Même si le gouvernement reste flou en ce qui concerne l’échéance et le coût du projet, il a déjà décrété des réserves foncières sur les terrains qui accueilleront les futures stations. Cela freinera la spéculation, a expliqué le ministre des Transports.

Selon les études réalisées pour le compte du ministère des Transports et de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), les cinq nouvelles stations permettront de transporter 84 000 usagers supplémentaires chaque jour.

Puisque la construction de chacun des quelque six kilomètres de tunnels prévus coûte environ 250 millions de dollars, on peut déjà prévoir une facture s’élevant à 1,5 milliard. Des prévisions qui n’effraient pas le ministre Gaudreault : « Soyez assurés qu’en ce qui nous concerne, comme ça a été le cas dans toutes les annonces que nous avons faites depuis un an, tous les budgets que nous annonçons, on s’assure qu’ils soient au rendez-vous. »

Bleue d’abord, jaune ensuite

La priorité accordée au prolongement de la ligne bleue vers l’est s’appuie notamment sur une étude de l’achalandage potentiel. Selon le président de l’AMT, Nicolas Girard, l’ajout de stations sur cette ligne permet d’envisager un achalandage supérieur de 22 % aux autres scénarios de prolongement étudiés.

Pourquoi procéder à de nouvelles études alors qu’une centaine de rapports d’analyse ont déjà été soumis au gouvernement ? « Un projet de cette nature-là, on ne fait pas ça sur le coin d’une table », répond M. Girard. Des études plus approfondies permettront selon lui d’éviter des dépassements de coûts, comme ce fut le cas dans le dossier du Train de l’Est. Les coûts de ce projet ont plus que doublé depuis son annonce en 2006.

Le gouvernement a par ailleurs indiqué vendredi qu’après la ligne bleue, la priorité sera accordée au prolongement de la ligne jaune sur la Rive-Sud. « Il n’est pas question d’attendre l’inauguration de la ligne bleue avant d’amorcer les études pour la réalisation de la ligne jaune », a précisé M. Gaudreault.
2 commentaires
  • Mario Leroux - Inscrit 21 septembre 2013 04 h 43

    Ridicule

    Ca me fait sourire ces annonces pour le début de la décennie 2020;il en aura coulé de l'eau sous les ponts d'ici là.Et vous ne serez probablement plus là M.le Ministre.39 millions pour la création d'un bureau de projet;dites donc,il n'y a pas suffisamment de structures au Ministère des Transports....un organigramme qui fait peur.Ridicule tout çà!

    • Guy Prémont - Inscrit 21 septembre 2013 11 h 27

      Ridicule en effet.

      39 millions pour se prononcer dans deux ans sur le prix et l'échéancier.
      39 millions : c'est 195 personnes pendant 2 ans, payés à un salaire de 100 000$/année.
      On peut se demander où va cet argent vraiment!