Élections montréalaises - Au moins 7 débats pour la mairie

Le futur maire à occuper l’hôtel de ville de Montréal aura participé à de nombreux débats.
Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson Le futur maire à occuper l’hôtel de ville de Montréal aura participé à de nombreux débats.

Signe que la course à la mairie de Montréal suscite de l’intérêt, les invitations pour participer à des débats affluent chez les candidats. Marcel Côté, Richard Bergeron et Denis Coderre ont reçu plus d’une vingtaine de demandes provenant de médias et d’organisations diverses qui souhaitent organiser des débats. Même si les discussions se poursuivent, on peut s’attendre à ce qu’au moins sept affrontements aient lieu au cours de la campagne électorale.

 

Des incontournables

 

Les candidats à la mairie ont eu l’occasion de croiser le fer pour la première fois le 16 août dernier lors d’un débat organisé par l’Institut du Nouveau Monde. Ces joutes verbales devraient se multiplier d’ici le scrutin du 3 novembre.

 

« Tout le monde a l’idée de faire un débat, résume Catherine Maurice, l’attachée de presse de Richard Bergeron, chef de Projet Montréal. C’est clair que notre position, ce n’est pas de passer tout notre temps en débat. On a une campagne à faire, fait-elle remarquer. On a suggéré à des organismes de se mettre en commun pour traiter différents sujets. »

 

Dans le camp de Marcel Côté, l’attachée de presse Christine Mitton confirme : « Ça rentre tous les jours, les grandes organisations et les petites, des universités, des jeunes chambres de commerce, des groupes qui représentent les personnes à mobilité réduite ou des usagers du vélo, explique-t-elle. M. Côté ne pourra pas les faire tous. Il va faire les principaux, et pour certains débats, ce seront des candidats qui y participeront. »

 

Du côté de Denis Coderre, on signale aussi que des membres de l’équipe de candidats seront mis à contribution. « L’agenda de Denis Coderre est déjà assez chargé jusqu’au jour J, explique Isabelle Perreault, attachée de presse de Denis Coderre. Selon les thématiques, le responsable du dossier pourrait être appelé à participer. »

 

Dans l’entourage des trois principaux candidats, on convient que certaines tribunes sont incontournables, comme les grands réseaux de télévision et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

 

Même si quelques fils restent à attacher, les trois aspirants maires s’affronteront vraisemblablement lors de débats organisés par Radio-Canada, TVA, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), Culture Montréal, CTV et CJAD. Pour l’instant, on évoque la possibilité de sept débats entre les trois principaux belligérants, mais la liste pourrait s’allonger jusqu’à dix au cours des prochaines semaines.

 

Mécontentement

 

La candidate Mélanie Joly a pour sa part reçu une quinzaine de demandes pour participer à des débats, mais selon son attaché de presse, elle n’aurait pas été approchée par Radio-Canada ou TVA.

 

Quant au candidat à la mairie Michel Brûlé, qui s’était plaint d’avoir été écarté du débat organisé par l’Institut du Nouveau Monde en août dernier, il a indiqué au Devoir n’avoir reçu aucune invitation jusqu’à maintenant. Mais il pourrait de nouveau manifester son mécontentement si Mélanie Joly était invitée à des débats et pas lui, a-t-il dit. « J’ai quand même fait mes preuves. J’ai révolutionné le monde de l’édition. J’ai vendu 5 millions d’exemplaires de mes livres », fait-il valoir.

 

Lors de la campagne électorale de 2009, Louise Harel avait dû s’abstenir de participer aux débats en anglais, n’étant pas suffisamment à l’aise pour se mesurer à ses adversaires dans la langue de Shakespeare. Ce problème ne se pose pas pour les trois principaux candidats à la mairie cette année, ont indiqué les membres de leur entourage.

À voir en vidéo