Élections montréalaises - Coderre désigne son numéro 2

Denis Coderre (à droite) qualifie Pierre Desrochers (au centre) de gestionnaire chevronné.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Denis Coderre (à droite) qualifie Pierre Desrochers (au centre) de gestionnaire chevronné.
S’il accède à la mairie de Montréal le 3 novembre prochain, Denis Coderre compte nommer un ancien cadre de l’industrie pétrolière à la présidence du comité exécutif de la Ville de Montréal. Pierre Desrochers, qui a oeuvré pendant 32 ans au sein d’Esso, sera candidat à un poste de conseiller dans Ahuntsic-Cartierville.

Aux dires de Denis Coderre, le passé professionnel de Pierre Desrochers n’aura pas d’influence sur les politiques en matière de transport qui pourraient être mises en place à Montréal s’ils sont élus à l’automne. « Ça n’a rien à voir. […] Non seulement Pierre est un excellent numéro 2, mais c’est un gestionnaire chevronné », a soutenu M. Coderre lors d’un point de presse mercredi matin en évoquant la future « administration Coderre-Desrochers ».

Questionné sur ses déclarations passées comme ancien député fédéral concernant les fluctuations du prix de l’essence, Denis Coderre estime qu’il ne faut pas y voir de contradictions maintenant qu’il est associé à Pierre Desrochers. « Oui, pis ? M. Desrochers fera de la politique municipale, a rétorqué M. Coderre. J’en ai dit des affaires en trente ans de politique. Oui, mon essence coûte trop cher, mais ce n’est pas un “gars de gaz” qui vient avec moi, c’est un gestionnaire chevronné qui a pris sa retraite il y a plusieurs années. […] Il connaît les gestions de crise. Ça va être bon pour Montréal. »

M. Desrochers a par ailleurs siégé au sein de plusieurs conseils d’administration, dont celui de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, qu’il préside.

M. Coderre présentait aussi deux autres nouveaux candidats. Il s’agit de Manon Gauthier, qui briguera un poste de conseillère à L’Île-des-Soeurs, dans l’arrondissement de Verdun. Issue du domaine de la culture, Mme Gauthier a occupé des postes de direction au sein des firmes Weber Shandwick et Cohn Wolfe. Elle a aussi dirigé le Centre Segal des arts de la scène.

De son côté, Damien Silès tentera de se faire élire comme conseiller du district de Peter-McGill, dans Ville-Marie. Directeur général de la Société de développement social de Ville-Marie depuis 2008, il sera le porte-parole en matière de développement social.

Incident Harel-Côté

Denis Coderre ne s’est pas fait prier pour écorcher son adversaire Marcel Côté, qui, la veille, a minimisé le rôle de Louise Harel au sein de la Coalition Montréal en disant que la chef de Vision Montréal était une artisane de la coalition, mais « pas plus que ça ». « C’est devenu “Division Montréal”, a commenté M. Coderre. Je trouve ça triste pour Louise. Louise ne mérite pas ça. Probablement qu’il va se passer des choses. C’est quoi, la prochaine étape ? Il va y avoir une séparation ? “Division Montréal” va devenir “Séparation Montréal ?” »

Dans l’entourage de Louise Harel, on soutient que les relations entre M. Côté et la chef de Vision Montréal sont bonnes et que les propos de M. Côté ont été pris hors contexte. « Mme Harel a un rôle très important, au contraire, a soutenu Marcel Côté sur les ondes de Radio-Canada. C’est l’harmonie. Ça nous a fait rire aujourd’hui de voir les larmes de crocodile de M. Coderre sur Mme Harel. »

En soirée, Vision Montréal a confirmé la candidature de Benoit Dorais à la mairie du Sud-Ouest, où il sollicitera un deuxième mandat. Kristi de Bonville se joindra à Véronique Fournier, Huguette Roy et Daniel Bélanger afin de compléter l’équipe de candidats aux postes de conseillers dans cet arrondissement pour Vision Montréal.
9 commentaires
  • Patrick Boulanger - Abonné 4 septembre 2013 14 h 53

    inquiétant

    C'est un ancien cadre de chez ESSO qui va devenir le numéro 2 du parti de M. Coderre si celui-ci accède à la mairie. D'un point de vue environnemental, il va sans dire que ce n'est pas très rassurant cette nouvelle.

  • Jean Morissette - Abonné 4 septembre 2013 16 h 29

    Gestions de crise

    Selon M Coderre, M Derosiers connaît les gestions de crise. De quelle crise d'Esso veut-il parler? Celle de l'Exxon Valdez?.....
    Oui vraiment, du point de vue environnemental, cela n'a rien de rassurant. Espérons que le bateau Coderre va couler le 2 novembre Un tel nauvrage ne devrait pas cette fois nécessiter l'expertise de M. Desrosiers.

  • François Dugal - Inscrit 4 septembre 2013 18 h 59

    La photo qui vaut mille mots

    Encore une fois, Jacques Nadeau fait «parler» son immense talent.

    • Marc O. Rainville - Abonné 4 septembre 2013 23 h 08

      Un requin en habit.

  • François Bouchard - Inscrit 4 septembre 2013 21 h 03

    Pas un gars de gaz?

    Oui, la photo montre en effet un expert en gaz.

  • J. Gilbert - Inscrit 5 septembre 2013 00 h 03

    Copier-coller

    M. Coderre se dit que le style Labeaume fonctionne à Québec. Pourquoi pas à Montréal ? Si Labeaume obtient un taux de popularité de plus de 80%, pourquoi en serait-il autrement à Montréal ? Démagogie oblige.