Encore d’ex-membres d’Union Montréal dans l’Équipe Coderre

Trois ex-membres d’Union Montréal sont passés dans le camp du candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre, parmi lesquels la conseillère Helen Fotopulos. Ces nouveaux candidats portent à 24 le nombre d’anciens élus du parti de Gérald Tremblay qui se retrouvent aujourd’hui dans l’équipe de M. Coderre.

 

Ancienne mairesse du Plateau Mont-Royal et ex-membre du comité exécutif, Helen Fotopulos sera candidate au poste de conseillère dans le district de Côte-des-Neiges, poste qu’elle occupe depuis 2009.

 

Pour sa part, Ana Nunes tentera de se faire réélire comme conseillère dans l’arrondissement d’Outremont. Quant à Pierre Fréchette, il effectue un retour dans l’arène municipale, ayant été conseiller dans l’arrondissement du Sud-Ouest de 2005 à 2009 avec Union Montréal.

 

Nouvelle venue

 

Denis Coderre a également présenté une nouvelle venue en politique municipale, soit Ginette Sauvé-Frankel, qui sera candidate dans le district de Snowdon, fief du vétéran Marvin Rotrand. Fille de l’ex-premier ministre Paul Sauvé, Mme Sauvé-Frankel travaille dans le domaine du marketing et des communications et occupe les fonctions de commissaire scolaire à la Commission scolaire English-Montreal depuis 2003.

 

Denis Coderre s’est à nouveau défendu d’avoir puisé dans les rangs d’Union Montréal pour former son équipe. « J’ai dit que je voulais être un antidote au cynisme. On va arrêter de mettre tout le monde coupable par association, a-t-il dit. Les gens qui font partie de mon équipe, ce sont des gens qui sont honnêtes, qui sont intègres et je n’ai aucune raison de douter. »

2 commentaires
  • Franklin Bernard - Inscrit 3 septembre 2013 09 h 09

    Coupables ou pas...

    ...ça reste des gens qui ont été au pouvoir pendant dix ans, et on voit dans quel état ils ont laissé cette pauvre ville de Montréal. Est-ce que les Montréalais vont vouloir les reporter au pouvoir? Il faudrait être totalement masochiste. Ou inconscient.

  • Donald Bordeleau - Abonné 3 septembre 2013 23 h 38

    Antidote au cynisme comme ses actions lors de sa participation aux Commandites.

    L'exemple de Gatineau se retrouve dans les 25 grandes villes du Québec

    La réingénérie de Charest en 2003 a été un bar ouvert malgré la loi 106o ou le gouvernement a laissé la surveillance aux firmes de génies.
    Mais cela a permit une récolte de 1% de fond pour la caisse du PLQ.

    Les collusionnaires nommés à CEP comme Maheux, Gélinas et Desbois ont remis au PLQ près de 47,000$ depuis 2003 au PLQ alors que le PQ a reçu un maigre 9,300$.

    La moitié des dons était des montants de 3,000$ ce qui ressemble a des prêts noms.

    Le système mis en place remportait au PLQ de 4 à 5 millions de $ par an de 2003 à 2009. Mais depuis 2 ans la source est tarie.