Conseil municipal - Montréal n’aura pas sa propre usine d’asphalte

Le maire Laurent Blanchard a dû défendre lundi la décision de son administration de geler les budgets des arrondissements pour 2014.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le maire Laurent Blanchard a dû défendre lundi la décision de son administration de geler les budgets des arrondissements pour 2014.

Montréal ne se dotera pas d’une usine d’asphalte, du moins dans un avenir rapproché. L’administration du maire Laurent Blanchard a décidé de mettre ce projet en veilleuse, estimant qu’il serait risqué pour la Ville de se lancer dans une telle entreprise.

 

Lors de la séance du conseil municipal lundi, le maire a indiqué que, selon un rapport préliminaire commandé par la Ville, l’implantation d’une usine d’asphalte coûterait 31 millions.

 

Les conclusions de l’étude sont « mi-chair, mi-poisson », estime M. Blanchard. La production d’asphalte pourrait être rentable pour la Ville, mais, comme celle-ci ne possède pas l’expertise nécessaire pour s’aventurer dans la construction d’une usine, le maire juge qu’il vaut mieux de pas s’engager dans cette voie. « Et ce n’est pas évident qu’on soit compétitifs, a-t-il signalé. Si une prochaine administration estime important d’aller dans cette direction, ce sera son choix. En ce qui nous concerne, l’étude préliminaire n’était pas suffisamment concluante », a-t-il expliqué.

 

L’idée de construire une usine d’asphalte avait été lancée par la chef de Vision Montréal, Louise Harel, au printemps dernier dans le but de briser le cartel de l’asphalte. Le comité exécutif avait alors accepté de mener une étude de faisabilité.

 

Trou de 200 millions

 

Le maire Blanchard a dû défendre la décision de son administration de geler les budgets des arrondissements pour 2014. « Une indexation aurait creusé un trou financier de près de 200 millions. Ce n’est pas un héritage que nous voulons léguer à la prochaine administration », a répondu le maire à une question de la mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Anie Samson.

 

Le maire Blanchard a rappelé que la décision de geler les budgets avait été prise à l’unanimité par les membres du comité exécutif qui regroupe des représentants de tous les partis et des conseillers indépendants. « Indexer le budget, ça voudrait dire qu’on recommande à la prochaine administration d’augmenter les taxes », a indiqué la présidente du comité exécutif, Josée Duplessis.

 

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, doit présenter une motion réclamant l’indexation des budgets, motion qui sera vraisemblablement débattue mardi.

 

Un promoteur controversé

 

Des citoyens ont profité de la séance du conseil pour dénoncer le comportement de Tony Magi, promoteur immobilier lié à la mafia. Stéphan Mongeon a acheté une maison de ville dans le cadre du projet de copropriétés du Bois des Caryers, à LaSalle. Or, Tony Magi a construit certaines unités sans permis, il ne paierait plus ses fournisseurs et a omis d’effectuer les travaux d’infrastructures (électriques et routières), s’est plaint M. Mongeon.

 

« Il a construit sans permis. On le talonne sans arrêt. Je parle ici de Tony Magi », a admis la mairesse de LaSalle, Manon Barbe. « Une mise en demeure a été donnée et l’avocat du contracteur a fait savoir que les travaux allaient être faits avant l’hiver. »

 

Rappelons qu’au début de 2013, l’ex-maire Michael Applebaum avait nié avoir favorisé le promoteur Tony Magi dans le cadre de projets immobiliers dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges -Notre-Dame-de-Grâce.

3 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 27 août 2013 02 h 09

    Pour une fois...

    ...que ce conseil avait une bonne idée...

  • Hélène Thompson - Inscrit 27 août 2013 09 h 40

    à coupé le souffle

    Le tier des routes de Montréal est à refaire en entier, et une énorme portion restante à réasphalter à la grandeur... mais ce clown vient à bout de croire que ça ne serait pas payant?!?!?!? Elle se paierait extrêmement rapidement avec les besoins titanesque de Montréal en asphalte seulement! Si toutes les routes étaient refaites et qu'on serait simplement dans un mode d'entretien, on pourrait en discuter, mais là y'a tellement d'ouvrage, une demande tellement forte! Si ça c'est pas un bon moment, y'en aura jamais. Comment un imbécile de cette catégorie peut-il être maire de Montréal? C'est même pas de la vision, c'est de l'évidence considérant notre situation. En plus la ville de montréal on des ingénieurs excellents qui peuvent faire construire une machine parfaite pour les besoins de l'île.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 août 2013 07 h 30

    Barrages !

    Je commence à m'apercevoir qu'il y a plus de barrages à Montréal que sur toutes nos rivières ! Mais ceux de Mtl ne génèrent pas grand chose !

    Oserais-je dire que les empêcheurs d'avancement sont profondément ancrés et probablement occultes ?

    Oserais-je dire qu'à Mtl vous ne votez pas pour ceux et celles qui «mènent» et que ceux et celles qui mènent vous ne les verrez jamais ?

    Je dis ça de même.