L’agent Jean-Loup Lapointe affecté au SWAT

L’affectation récente du policier Jean-Loup Lapointe à l’escouade tactique (SWAT) donne bien des maux de tête à ceux qui, à Montréal-Nord, prônent l’apaisement et la réconciliation. « C’est un coup bas pour la population, pour la famille, qui attend toujours des réponses, déplore Mme Reyes. Car il va falloir que la police assume ses erreurs. Dans l’affaire Villanueva, elles n’ont pas été payées. »

Pour Christine Black, cela pose un problème de « perception ». « Même si en définitive ce n’est pas une promotion mais une affectation, il va falloir en informer les gens pour laisser le moins de place possible aux perceptions. »

Lors de la vigile de vendredi, cette affectation a été qualifiée d’insulte, tant à la famille qu’à la communauté.
2 commentaires
  • Jean Martinez - Inscrit 11 août 2013 02 h 58

    La police avait raison

    Dans l'affaire Villanueva, la police a agi par légitime défense, point à la ligne. Il y a un certain nombre de personnes à Montréal-Nord qui manipulent l'opinion publique pour servir les intérêts de gangs de petits criminels. Ne soyons pas naïfs!

  • Pierre Germain - Inscrit 11 août 2013 08 h 42

    Jean-Loup Lapointe n'aurait-il pas plutôt dû être affecté à des tâches administratives, où le port d'armes n'est pas nécessaire? N'a-t-il pas assez éloquemment démontré son inaptitude en armes ets tratégies?