Bergeron somme les partis de rendre publique la liste de leurs donateurs

Richard Bergeron et son équipe ont dévoilé jeudi la liste des personnes ayant fait don de plus de 100 $ à leur parti.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Richard Bergeron et son équipe ont dévoilé jeudi la liste des personnes ayant fait don de plus de 100 $ à leur parti.

En rendant publique, jeudi, une liste des personnes ayant fait don de plus de 100 $ à Projet Montréal, son chef Richard Bergeron a mis au défi les autres candidats à la mairie d’en faire autant.

« Je les somme de rendre publique d’ici 48 heures la liste de tous les donateurs qui leur ont donné 300 $ », soit le maximum, a lancé M. Bergeron lors d’une conférence de presse devant l’hôtel de ville de Montréal.

 

Projet Montréal va également rendre accessibles sur son site Web, dès le déclenchement des élections, les noms de tous ses donateurs de plus de 100 $, dans les 48 heures suivant la réception du don. Le parti promet également d’appeler chaque personne ayant donné plus de 200 $ afin de vérifier si cette dernière est réellement « désintéressée ». Les billets des activités de financement atteindront au maximum 200 $.

 

Rapport au DGE

 

Alors que la loi autorise les partis à dépenser 1,5 million, Projet Montréal promet également de se limiter à 750 000 $, voire moins, et ce, même si jusqu’à maintenant, les coffres de Projet Montréal sont « les mieux garnis », reconnaît M. Bergeron.

 

Denis Coderre a déjà annoncé qu’il n’accepterait pas de dons supérieurs à 100 $. Mais il s’inquiète de la possibilité d’un double financement pour Vision Montréal et la coalition menée par Marcel Côté. « Est-ce qu’il va y avoir trois campagnes de financement pour la même gang ? », demande-t-il.

 

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, qualifie de « coup d’épée dans l’eau » l’initiative de Richard Bergeron. « Ça va de soi qu’on va rendre publics les noms de nos donateurs. On doit en faire rapport au directeur des élections tous les trois mois », a réagi Mme Harel. Elle assure par ailleurs que sa campagne sera plus modeste encore que celle de Projet Montréal, avec un plafond de 400 000 $.

 

Mais son alliance avec Marcel Côté crée-t-elle une zone grise, un électeur pouvant donner à la fois à Vision Montréal et à ce dernier, comme le soulèvent ses adversaires ? Pas selon Mme Harel. « La même personne peut donner à Projet Montréal et à Vision Montréal. La même personne peut aussi donner à un parti local dans Lachine et à Denis Coderre. Ce qu’il faut vérifier, c’est le plafond des dépenses. »

 

Marcel Côté promet pour sa part de rendre publique la liste de ses donateurs pendant la campagne électorale.

 

L’indemnité d’Applebaum choque les partis

 

Après Louise Harel, qui a promis de déposer une motion d’ici la fin du mois d’août, les autres candidats se sont également indignés de l’indemnité de départ obtenue par Michael Applebaum, malgré sa démission dans la tourmente après quelques mois à la tête de la Ville. « Ça me fait mal de voir ce chèque remis à Michael Applebaum », dit Richard Bergeron, qui concède que cette indemnité a été obtenue « dans les règles ». « Faut-il revoir les règles ? Ce sera le mandat de la prochaine administration », a-t-il ajouté.

 

Pour Marcel Côté, « il s’agit d’un autre exemple qui démontre qu’il faut faire de véritables changements à l’Hôtel de Ville de Montréal. Il faut rapidement revoir l’ensemble des pratiques de rémunération des élus à l’Hôtel de Ville et rapatrier du gouvernement du Québec notre cadre juridique. »

 

« C’est indécent, de lancer Denis Coderre. C’est clair que si je suis élu, je vais agir. Mais pourquoi attendre le 3 novembre ? Le projet de loi est écrit, il faut faire preuve d’action ! » Il fait référence au projet de loi 33 présenté par Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne.

 

S’il est adopté, le nouveau règlement stipulerait qu’« un député qui a démissionné et qui en fait la demande peut exceptionnellement recevoir cette allocation si le Bureau de l’Assemblée nationale estime que des raisons de santé ou des raisons familiales l’empêchent de s’acquitter de ses fonctions. »

1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 19 juillet 2013 15 h 05

    Vision Montréal et son plafond

    Vision Montréal se serait donc donné un plafond de seulement 400 000$. Cette somme inclut-elle les dépenses de son candidat à la mairie?