L'ancien maire Applebaum obtient la permission de quitter le pays

Michael Applebaum fait face à 14 chefs d'accusation pour fraude, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Il a démissionné de son poste de maire intérimaire un jour après son arrestation par l'UPAC.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Michael Applebaum fait face à 14 chefs d'accusation pour fraude, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Il a démissionné de son poste de maire intérimaire un jour après son arrestation par l'UPAC.

Michael Applebaum a obtenu la permission de prendre des vacances à l'extérieur du pays même s'il fait face à plusieurs chefs d'accusation. L'ancien maire par intérim de Montréal a récupéré son passeport la semaine dernière en vue d'un voyage d'une durée de 10 jours qui était prévu bien avant son arrestation, a indiqué jeudi l'un de ses avocats.

Les procureurs de la Couronne et les avocats de la défense sont convaincus qu'il rentrera au pays pour faire face aux accusations qui pèsent contre lui.

L'un des deux avocats qui représentent Michael Applebaum, Conrad Lord, a dit ignorer vers quelle destination s'envolera son client la semaine prochaine, mais il a néanmoins précisé qu'il ne s'agissait pas d'un voyage d'affaires.

Les rumeurs circulant à l'effet que l'ancien maire ait l'intention de se «sauver» aux Bahamas sont non fondées, a par ailleurs ajouté Me Lord.

«Je ne pense pas qu'il y a de préjudice ou de danger que M. Applebaum quitte et ne revienne pas. C'est un voyage qui était déjà prévu», a-t-il affirmé, précisant que son client n'avait qu'une seule adresse, au Québec.

Selon la procureure de la Couronne Marie-Hélène Giroux, il avait déjà été convenu que M. Applebaum pourrait quitter le pays pour un déplacement en particulier. Lorsqu'on lui a demandé si elle craignait que l'accusé ne rentre pas au bercail, elle a répondu: «Pas du tout».

Il est normal qu'une personne accusée au criminel doive remettre son passeport aux autorités, mais il n'est pas inhabituel que la Couronne autorise cet accusé à effectuer un déplacement spécifique à l'étranger.

Applebaum fait face à 14 accusations pour fraude, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Il a démissionné de son poste de maire intérimaire un jour après son arrestation par l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Saulie Zajdel, un ancien conseiller municipal qui s'est présenté aux
 élections fédérales pour les conservateurs en 2011, et Jean-Yves Bisson, un
 ancien haut fonctionnaire dans l'arrondissement
 de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ont été arrêtés dans le cadre de la même
opération, baptisée «Méandre». Les trois hommes doivent comparaître le 9
 octobre prochain.

Les avocats d'Applebaum étaient en cour jeudi afin de s'opposer à une demande émanant des médias, qui souhaitent consulter des mandats de perquisition actuellement sous scellés. Ils ne sont toutefois pas parvenus à trouver un juge pour entendre la cause jeudi. Elle se retrouvera sans doute devant un magistrat à l'automne.

Les avocats des deux camps opposeront des arguments opposant la liberté de presse à la présomption d'innocence. Me Lord a affirmé qu'il n'avait pas consulté les documents, mais il a maintenu que son client était innocent.

«Je préfère que [les preuves] ne soient pas divulguées — pas parce que nous avons peur du contenu, mais pour préserver toute preuve qui pourrait causer un préjudice au procès à venir.»

L'avocat a par ailleurs précisé que Michael Applebaum se trouvait toujours dans la région métropolitaine, même s'il ne s'est pas présenté au palais de justice de Montréal jeudi.

«Il n'a pas quitté, il est dans la région. Évidemment, aujourd'hui [jeudi], sa présence n'est pas requise [...] c'est une requête qui est présentée par les médias», a-t-il exposé.

7 commentaires
  • Camille Gérin - Abonnée 4 juillet 2013 14 h 51

    Me niaisez-vous?

    Quelqu'un accusé d'ABUS de confiance a droit à ce qu'on lui fasse confiance de retourner au pays??? Les dieux sont tombés sur la tête.
    Déjà, lors de son ascension au poste de maire, je trouvais qu'on se faisait rouler. Je me disais qu'on laissait entrer le loup dans le poulailler.
    Maintenant, je crois que je devrais être admis au Douglas parce que je suis clairement fou. Ce qui se passe n'a aucun sens.
    Honte à ceux qui permettent à ces absurdités de continuer d'avoir lieu.

  • Francois Cossette - Inscrit 4 juillet 2013 15 h 20

    La justice .... vous dites !!!!

    Pourquoi lui avoir enlevé son passeport si c'est pour le lui remettre 1 mois plus tard. Qu'est-il arrivé dans ce mois pour qu'il y est ce changement. On comprends que messieur a de quoi se payer de très bon avocat et qu'il a probablement quelques amis bien placés. Est-ce qu'un nobody aurait eu droit au même traitement, il est permis d'en douter. C'est pour cela qu'on doit conclure que la justice appartient a ceux qui ont les moyens de se la payer, pour les autres vous devez prendre votre trou et attendre votre tour. On le sait la justice a le bras long mais elle avance a la vitesse d'un collimason tellement ... que c'est en devenu totalement ridicule.

  • Guy Desjardins - Inscrit 4 juillet 2013 16 h 16

    Belle occasion de manquer pour prouver que la justice...

    M. René Verret pince sans rire est venu expliquer au programme du négociateur, que M. Applebaum ne reçoit aucune faveur car ça c'est déjà fait!!! Mais en revenant dans les quarante huit heures il devra rendre son passeport. La raison, M. Applebaum avait déjà acheté son billet. A t'on vérifié si c'était le cas? Il me semble que lorsque l'on achète un billet, nous pouvons prendre une assurance cancellation pour force majeur. Que l'on nous dit qu'il n'y a pas eu de cadeau c'est nous prendre pour des valises avec une grosse poignée dans le dos. Avec les temps qui courrent la justice à manqué une belle occasion de rassurer le peuple. Pourquoi veut il avoir ce passeport pour les Bahamas? Fait il plus doux aux Bahamas qu'au Québec? Je veux bien croire qu'il y a présomption d'innocence, mais pourquoi le lui a t'on enlevé ?

    • Pierre Bédard - Abonné 5 juillet 2013 02 h 26

      Hmmm pas certain qu'une accusation voire la brochette d'accusations qui pèsent contre M Applebaum aurait été considéré comme un cas de force majeure par les assureurs-voyages.

  • Céline A. Massicotte - Inscrite 4 juillet 2013 18 h 30

    Ça sent la tartufferie ici.

    Tartufferie ou gossage?

    Applebaum n'a pas tué ou agressé sexuellement qui que ce soit, et surtout il est accusé mais n'a pas été jugé. Il me semble qu'on n'a pas refait le système judiciaire pour lui. L'Internet et autres bidules technologiques permettent sans aucun doute à qui de droit de vérifier si effectivement le billet était acheté avant qu'il soit arrêté, et d'écrire "pourquoi veut-il avoir (il l'a déjà, non?) un billet pour les Bahamas" c'est, comme on dit en bon québécois, le boutte du boutte! Pour aller voir sa maîtresse peut-être ou un ami, se changer les idées, et en quoi ça nous concerne? Qu'on lui prenne puis lui redonne son passeport n'a rien d'étonnant non plus: c'est qu'on a fini par juger que les possibilités de fuites étaient à peu près nulles.

    Si tout ce que ça prend pour rassurer le peuple québécois c'est qu'on retienne le passeport d'un homme dont le plus grand souci présentement est d'assurer sa défense, on est pas sorti de l'auberge... Et quand à l'abus de confiance, je m'excuse mais... ça court les rues, surtout dans les affaires publiques ou commerciales.

    Revenons en!

  • Denis Stergiotis - Inscrit 4 juillet 2013 22 h 26

    Bahamas est un paradis fiscal ?

    Bahamas est un paradis fiscal ?