Outremont craint d’être rayé de la carte

Après-midi d’été sur la rue Bernard Ouest, à Outremont
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Après-midi d’été sur la rue Bernard Ouest, à Outremont

Outremont va-t-il être rayé de la carte dans la foulée d’une réforme de la gouvernance de Montréal ? Des citoyens estiment que la menace est bien réelle et réclament la tenue d’un référendum pour leur permettre de se prononcer sur la défusion d’Outremont. La croisade du groupe citoyen « Reprenons Outremont » a reçu l’appui de la mairesse Marie Cinq-Mars, et du conseiller Louis Moffatt.

Yves Létourneau a fondé « Reprenons Outremont » il y a quelques mois. Pour lui, il fait peu de doutes qu’Outremont sera un des premiers arrondissements à disparaître si une réforme pour en réduire le nombre devenait réalité. Avec ses 24 846 résidants, Outremont est le deuxième arrondissement le moins populeux de Montréal. «Outremont, c’est gros comme un 25 ¢», résume M. Létourneau.


Plusieurs élus se sont déjà prononcés en faveur d’un régime minceur pour la métropole. En mai dernier, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a proposé de faire passer de 19 à 12 le nombre d’arrondissements, suggérant notamment de fusionner Outremont au Plateau-Mont-Royal.


De son côté, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, croit qu’il faudrait limiter à 13 ou moins le nombre d’arrondissements à Montréal, tout en prenant soin, au préalable, de mener une consultation publique à ce sujet. La chef de Vision Montréal, Louise Harel, a aussi évoqué l’idée d’une telle réforme assortie d’une révision du partage des responsabilités entre la ville-centre et les arrondissements.


Pour l’instant, les spéculations vont bon train à Outremont. Plusieurs scénarios circulent, dont celui d’une fusion d’Outremont avec un autre arrondissement ou son démantèlement pour annexer le « haut Outremont » à Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et le « bas Outremont » au Plateau-Mont-Royal.


Regroupons Outremont. M. Létourneau a tenu deux assemblées au cours des derniers mois, dont la plus récente a eu lieu le 18 juin et a attiré une cinquantaine de citoyens. Il a aussi lancé une pétition sur Internet pour demander qu’Outremont retrouve son statut de ville, mais pour l’instant, moins de 200 personnes l’ont signée.


M. Létourneau craint que les citoyens se retrouvent devant un fait accompli. « Il y en a qui vont dire qu’on conte des peurs. Mais les partis politiques en parlent. Il n’y a pas de fumée sans feu », souligne-t-il en disant souhaiter que des mouvements semblables voient le jour dans d’autres arrondissements menacés.


Il estime que les promesses d’autonomie et d’économies d’échelle faites lors des fusions municipales de 2001 et des défusions de 2004 n’ont pas été tenues et qu’il s’agit d’un « bris de contrat », c’est pourquoi les citoyens devraient avoir le droit de se prononcer sur une défusion, dit-il.


Populisme


La mairesse Marie Cinq-Mars, qui compte briguer un autre mandat le 3 novembre comme indépendante, a décidé d’appuyer le mouvement et entend faire de cette question son cheval de bataille lors de la campagne électorale de l’automne. « On s’est fait berner une fois », souligne-t-elle.


Le conseiller Louis Moffatt croit que la menace qui pèse sur l’arrondissement est sérieuse : « Est-ce que c’est futile ? Je ne crois pas. Est-ce que ça va donner les résultats escomptés ? Je ne le sais pas. Mais il faut alerter la population. » Il soutient que des scénarios de fusion d’arrondissements sont en cours d’élaboration à la Ville de Montréal pour être soumis au ministre responsable de la Métropole, Jean-François Lisée. « C’est populiste de dire qu’il y a trop d’élus et trop d’arrondissements. Mais ça ne réglera rien aux problèmes de Montréal », dit-il.


Leurs adversaires politiques ne manquent pas de rappeler que les deux élus qui brandissement le spectre des défusions sont les mêmes qui ont longtemps fait partie de l’équipe de Gérald Tremblay. « En 2004, Outremont a eu la possibilité de défusionner et Marie Cinq-Mars n’a pas appuyé ce mouvement sous prétexte que Gérald Tremblay, qui demeurait dans Outremont, ne voulait pas, explique le blogueur Pierre Lacerte, qui briguera à titre d’indépendant un poste de conseiller dans le district Claude-Ryan. Je pense que c’est une diversion pour sa campagne parce qu’elle ne peut pas parler de son bilan sous Gérald Tremblay. »


La conseillère Céline Forget estime que Reprenons Outremont est un mouvement politique, et non citoyen, initié par la mairesse Cinq-Mars et Louis Moffatt. « Il n’y a pas de vague de défusion à Outremont. Je n’en entends pas parler », dit-elle tout en convenant que les citoyens ne veulent pas qu’on touche aux limites de l’arrondissement.


Yves Létourneau réfute les allégations de Mme Forget et assure que la création de son groupe est une initiative citoyenne et non celle de la mairesse.


Lisée prudent


Le ministre Jean-François Lisée soutient qu’il appartiendra aux Montréalais de décider des réformes à engager et il affirme qu’il n’a pas l’intention d’intervenir dans le dossier. Lors de son passage à l’hôtel de ville jeudi matin pour y rencontrer le nouveau maire Laurent Blanchard, il a dit souhaiter qu’au cours de la campagne électorale montréalaise, les candidats à la mairie se prononcent sur les mesures à mettre en place pour améliorer l’« efficacité » de la Ville. « Nous trouvons très positif que ça fasse partie du débat à l’automne et nous espérons qu’il y aura des mandats clairs qui seront donnés lors de l’élection. Nous allons agir sur ces mandats, a-t-il expliqué. Je pense que l’époque où, à Québec, on décidait de la meilleure formule pour Montréal, ç’a été essayé avec des résultats contrastés. Je pense que le respect du débat montréalais et des élus montréalais doit nous guider pour la suite. »


À la Ville, on soutient que pour l’heure, « aucun fonctionnaire n’a eu le mandat de travailler sur quelconque scénario de fusion, d’abolition ou de réduction du nombre d’arrondissements ».

10 commentaires
  • Francois Cossette - Inscrit 28 juin 2013 06 h 37

    Pas encore !!!! Ils sont fous ces outremontois !!!!

    Vraiment pathétique !!!!
    Ils étaient ou ce monde la dans les 10 dernières années. Ils ont vu les dégats causés par l'incurie libéral (défusions) mais ils n'ont rien appris. Allez go ... en avant ... pour des considérations basement personnels et politiques bien sures.

    Décidément la race humaine ne s'améliore pas, alors qu'il y a des gens qui sont capables de grandes choses il restera toujours ceux qui n'y sont que pour eux-mêmes et pour qui la vision des choses dépassent rarement leur propre champ de vision.

  • Bernard Terreault - Abonné 28 juin 2013 08 h 49

    Les séparatistes

    J'ai été élevé dans Outremont-en-bas. De bonne classe moyenne-moyenne, nous étions très fiers d'y vivre dans une ville si bien et non pas deux rues plus loin dans ce Montréal si vulgaire. Mais pour travailller nous allions à Montréal, pour faire l'épicerie nous allions à Montréal, pour visiter le reste de la famille nous prenions les transports de Montréal, pour jouer nos jeux d'aventure nous allions sur le Mont-Royal, tout près mais à Montréal, pour aller au Jardin Botanique (alors gratuit!) nous allions à Montréal, pour aller à l'Université nous sommes allés à Montréal, pour visiter l'Expo .... Ah oui, Outremont a donné un peu aussi quand même : on n'a pas chassé du Parc Outremont les mères hassidiques et leurs bandes d'enfants qui ont commencé à l'envahir dans les années 60. (Nous aurions dû faire comme TMR qui a érigé une clôture entre elle et Mtl). Et sur la Rive Sud où je vis maintenant on doit encore faire avec les barrières à la circulation érigées pour isoler les communautés privilégiées des bidonvilles. Voyez la carte des rues : tout a été fait sur la Rive Sud pour entraver la circulation d'une ville à l'autre (il y a déjà eu 11 municipalités différentes dans ce qui est maintenant l'Agglomération de Longueuil), et on s'étonne maintenant parce que Ferrandez veuille faire la même chose sur le Plateau!

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 juin 2013 10 h 38

      En fait, ce que Ferrandez fait, c'est de faire de son arrondissement un quartier normal, avec aussi peu de voies de traverse que les autres. Il suffit de regarder une carte de Montréal pour voir que, même actuellement, il est plus facile de traverser le Plateau que Rosemont.

  • Sylvain Auclair - Abonné 28 juin 2013 09 h 36

    Ça changerait quoi?

    Même si Outremont disparaissait, on écrirait encore son nom sur les adresses (comme c'est le cas près de 12 ans après la fusion!), les rues d'Outremont auraient autant d'arbres, les cafés seraient autant fréquentés, les panneaux de nom de rue porteraient encore ses armoiries et on aurait toujours, entre Outremont et Côte-des-Neiges, un panneau annonçant : Montréal.

  • Hugues Tremblay Manigouche - Inscrit 28 juin 2013 09 h 42

    "Rayé de la carte"

    "Rayé de la carte", c'est un peu fort comme titre. Outremont ne va pas bouger d'un poil. Ça va passer d'une 'ville' à un arondissement, c'est tout. Et c'est drôle de dire que c'est une 'ville' parce que comme en parle Mr. Terreault plus haut, il suffit de franchir quelques rues pour profiter de tout ce que MTL a à offrir, pour rien, pas un sous. Une ville dans la ville; tous les avantages, aucun inconvénient.

    Il est temps que les gens de l'Île assument peur responsabilité globale et rejoingnent la grande famille mais je peux aussi comprendre leur hésitation quand on voit les frasques de l'administration Tremblay et co.

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 juin 2013 10 h 23

      Outremont est déjà un arrondissement.

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 28 juin 2013 10 h 52

    tendance économique ?

    Dans le domaine économique, la Caisse populaire d'Outremont s'appelle maintenant la Caisse les Versants et regroupe effectivement des anciennes caisses situées sur la Plateau Mont-Royal (comme l'ancienne caisse située dans le Mile-End situé au coin de St-Laurent et St-Joseph en face du par La Haye). (les versants pour les différents versants du Mont-Royal). A l'époque de la fusion de ces caisses, on avait fait valoir que le district Mile-End, techniquement située dans l'arrondissement du Plateau Mont Royal, se situe "dans le prolongement naturel d'Outremont". Mais maintenant c'est Outremont qui risque d'être fusionné avec le Plateau. Il y a la un phénomène de synergie indéniable entre ces deux arrondissements urbains.

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 juin 2013 15 h 43

      La troisième succursale de cette caisse est au cœur de Côte-des-Neiges, près de la station de métro du même nom.