Le parti Union Montréal ferme les livres

Richard Deschamps à la conférence de presse où le parti Union Montréal annonçait sa dissolution
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Richard Deschamps à la conférence de presse où le parti Union Montréal annonçait sa dissolution

Union Montréal n'est plus. Le chef du parti, Richard Deschamps, a annoncé jeudi après-midi la dissolution de la formation politique de l'ancien maire Gérald Tremblay.

Lors d'une conférence de presse tenue à la suite d'une réunion du caucus, M. Deschamps a indiqué avoir donné ses instructions pour mettre un terme aux activités du parti et fermer les livres.

Après avoir réglé ses obligations, le parti versera l'argent qui reste dans le fonds consolidé de la Ville, a dit M. Deschamps sans pouvoir préciser le montant en jeu: «Nous considérons, dans le contexte actuel, que notre intégrité personnelle et notre crédibilité vaut bien plus que toute somme d'argent cumulée au sein d'un parti politique».

Les allégations de financement occulte révélées par la commission Charbonneau ont terni «l'image de marque» du parti, a déploré M. Deschamps. «On écope des gestes posés par d'autres», a-t-il soutenu.

M. Deschamps était accompagné de neuf élus demeurés fidèles à Union Montréal parmi lesquels Alan DeSousa, Hélène Fotopulos et Bernard Blanchet.

Les élus siégeront désormais comme indépendants. Ils n'ont pas voulu dire s'ils s'allieraient à un candidat à la mairie pour le scrutin du 3 novembre prochain.

Fondé en 2001, Union Montréal a maintenu son pouvoir pendant 11 ans à l'hôtel de ville.
3 commentaires
  • Francois Cossette - Inscrit 9 mai 2013 15 h 40

    Pas une bonne nouvelle

    Vraiment deplorable !!!!

    Avant on pouvait savoir ou ils étaient tous et les surveillés globalement, comme tous les oeufs pourris dans le même panier... , maintenant on va devoir apprendre leurs noms pour les identifier maintenant qu'ils vont aller gangrener tous les autres formations politiques a montréal.

  • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 9 mai 2013 16 h 03

    Bon débarras.

    Bon débarras, voilà tout.
    Espérons que la démocratie pourra renaître à Montréal.

  • Simon White - Inscrit 9 mai 2013 19 h 32

    Gotham City

    Mais seulement si Bruce Wayne existait vraiment ... nous pourrions toujours compter sur Batman!!!