Le MTQ investit 1,3 milliard dans le réseau montréalais

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) investira 1,3 milliard de dollars dans le réseau routier montréalais au cours des deux prochaines années, et parmi les chantiers les plus coûteux figurent ceux du complexe Turcot et de l’échangeur Dorval.

En conférence de presse lundi, le ministre responsable de la Métropole, Jean-François Lisée, a indiqué que, contrairement aux années précédentes, le ministère avait décidé de présenter les chantiers prévus pour les deux prochaines années, plutôt que de se contenter des travaux pour douze mois seulement. « La planification sur deux ans permet de mieux concentrer un certain nombre de travaux pour réduire les désagréments pour les utilisateurs », a soutenu le ministre.


La liste présentée par M. Lisée fait état de vingt projets, dont le maintien des structures de l’échangeur Turcot et l’aménagement d’un accès pour le CUSM, la poursuite des travaux qui s’éternisent à l’échangeur Dorval, la reconstruction de certaines structures de l’autoroute 40 et la réfection du tablier du pont Médéric-Martin. Même si le ministre a vanté la « transparence » du gouvernement, le MTQ a été avare de détails sur les montants prévus pour chacun des chantiers et les échéanciers liés aux projets.


L’essentiel des investissements, qui totalisent 1,3 milliard de dollars pour deux ans, concerne la conservation des structures existantes (1,06 milliard) alors que 86 millions seront consacrés au développement du réseau routier. Ces travaux se traduiront par des interventions sur 252 structures réparties sur 81 chantiers.


En 2012, le MTQ avait annoncé des investissements de 585 millions pour une période de douze mois.

 

La loi 1


Contrairement à la Ville de Montréal, le MTQ n’entend pas exclure d’emblée des entreprises qui se seraient incriminées à la commission Charbonneau. Seules les entreprises participant à des appels d’offres pour des contrats dépassant 40 millions de dollars devront se soumettre à l’examen de l’Autorité des marchés financiers (AMF), comme le prévoient les dispositions actuelles de l’application de la Loi sur l’intégrité en matière de contrats publics.


Le gouvernement compte toutefois abaisser ce seuil de 40 millions graduellement. Dans ce cas, certaines entreprises pourraient devoir se retirer de projets en cours si elles n’obtiennent pas l’accréditation de l’AMF, a rappelé le ministre Lisée.


Le maire Michael Applebaum devait participer à la conférence de presse, mais comme le cabinet du ministre Lisée l’avait invité pour 14 h 30, et non 14 h, le maire a en été quitte pour assister à la fin de la conférence de presse en spectateur.

À voir en vidéo