Intersection Saint-Laurent-Bellechasse - Les cyclistes attendront encore un an

2000 vélos et 22 000 véhicules passent chaque jour à l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue de Bellechasse à Montréal. Les travaux actuels visent le remplacement de conduites d’eau.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir 2000 vélos et 22 000 véhicules passent chaque jour à l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue de Bellechasse à Montréal. Les travaux actuels visent le remplacement de conduites d’eau.

La construction d’une des pistes cyclables les plus attendues à Montréal est reportée d’un an, parce que le prix proposé par le plus bas soumissionnaire est supérieur de 27 % aux prévisions de la Ville.


Les élus municipaux renvoient les firmes de construction refaire leurs devoirs dans l’espoir d’obtenir un meilleur prix pour le réaménagement du boulevard Saint-Laurent, sous le viaduc près de la rue de Bellechasse, dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie. Ces travaux prévoient entre autres la construction d’une piste cyclable à deux sens dans la voie est du boulevard, où passent 2000 vélos et 22 000 véhicules par jour.


La Ville a décidé de lancer un nouvel appel d’offres pour ce projet emblématique dans le but de « gérer les fonds publics de façon responsable », explique Réal Ménard, de Vision Montréal, responsable du transport au comité exécutif de la Ville. M. Ménard dit comprendre la frustration des cyclistes, mais il affirme que le dépassement de coût de 27 %, par rapport au prix anticipé par la Ville, a allumé des signaux d’alarme chez les gestionnaires municipaux.


En soirée jeudi, la Ville n’était pas en mesure de révéler le coût des travaux prévu par la Ville et celui proposé par le plus bas soumissionnaire, Ramcor Construction, de l’arrondissement de Saint-Léonard.

 

Déception


Le maire de Rosemont, François Croteau, a dit être « très surpris et très déçu » du report des travaux pour ce projet, qui relève de la ville-centre. « C’est le plus bel aménagement cycliste à Montréal. On fait des annonces, mais si on n’est pas capables de donner les contrats, on a un problème », dit-il.


C’est la deuxième fois en deux ans que ce projet, jugé crucial pour la sécurité des cyclistes et des piétons, est reporté. L’an dernier, la Ville avait découvert qu’il fallait refaire les conduites d’eau sous le boulevard. Ce sont ces travaux qui prennent place actuellement sur les lieux, et qui nécessitent la fermeture de la voie est du boulevard Saint-Laurent.


L’aménagement de la piste cyclable devait commencer à l’automne et se terminer avant la fin de l’année 2013. Il est probable que le lancement d’un nouvel appel d’offres et l’envoi du contrat pour approbation à l’Autorité des marchés financiers (AMF) retardent les travaux d’une année, selon Réal Ménard.

 

Approbation de l’AMF


La Ville prévoit aménager 35 kilomètres de voies cyclables au coût de 10 millions de dollars, en 2013. La Ville a décidé de soumettre à l’AMF les contrats d’aménagement de sept autres kilomètres, pour des travaux plus importants, indique Sarah Shirley, attachée de presse au cabinet du maire. Si jamais le feu vert de l’AMF arrivait rapidement, on atteindrait 42 kilomètres de voies cyclables aménagées en 2013.


« C’est dans la moyenne des dernières années. On est conscients des efforts de la Ville, mais les investissements ne répondent plus à la demande », a réagi Suzanne Lareau, présidente-directrice générale de Vélo Québec.


« La pratique cycliste a vraiment explosé à Montréal depuis quatre ou cinq ans, et les infrastructures ne suffisent plus », ajoute-t-elle.

3 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 19 avril 2013 08 h 01

    Il suffirait d'une affiche

    Si on donnait, par une simple signalisation, priorité aux vélos arrivant de droite, la coin serait sécuritaire.

  • Jean Richard - Abonné 19 avril 2013 09 h 25

    Passages à niveau

    En attendant l'ouverture de ce lien cyclable et considérant le coût élevé de la transformation, la ville pourrait peut-être en profiter pour faire accélérer le dossier des passages à niveau sur la voie ferrée, voie ferrée sur laquelle il ne passe que sept trains par jour et qui pourtant, enclave les quartiers d'une manière fort peu urbaine.

    De nombreux cyclistes, pour s'éviter des détours importants, font la périlleuse traversée de la voie ferrée en passant par le viaduc de Saint-Denis ou de Saint-Hubert. L'alternative, c'est un grand détour par Clark ou par Christophe-Colomb.

    Les coûts d'aménagement de passages à niveau pour piéton et cyclistes sont minimes à côté de ceux du réaménagement de Saint-Laurent. Il semble hélas que la ville opte trop souvent pour des solutions lentes et coûteuses.

  • Jean-Pierre Paré - Inscrit 21 avril 2013 15 h 21

    Bravo!

    Résultat : nous voilà pris avec un beau bouchon de circulation sur Saint-Laurent pour au moins un an, sans autre raison que l'incompétence des autorités concernées.