SPVM: «Il n'y a pas de chicane» entre Marc Parent et Guy Hébert, selon ce dernier

De retour de vacances, Guy Hébert a tenu une conférence de presse lundi matin à l'hôtel de ville pour commenter les allégations concernant le bras de fer auquel il se livrerait avec le chef de police.
Photo: Le Devoir De retour de vacances, Guy Hébert a tenu une conférence de presse lundi matin à l'hôtel de ville pour commenter les allégations concernant le bras de fer auquel il se livrerait avec le chef de police.
De retour de vacances, Guy Hébert a tenu une conférence de presse lundi matin à l'hôtel de ville pour commenter les allégations concernant le bras de fer auquel il se livrerait avec le chef de police. «Il n'y a pas de chicane entre M. Parent et moi», a-t-il soutenu.

M. Hébert a indiqué s'être informé auprès du contentieux et du service des ressources humaines des conditions d'embauche et de congédiement des employés dont il a la responsabilité. C'est dans ce contexte qu'il a posé des questions sur le contrat particulier du directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, a-t-il affirmé. Mais jamais, il n'a réclamé de Québec le pouvoir de limoger Marc Parent, a-t-il clamé.

«Je ne peux pas appeler le conseil des ministres et réclamer le pouvoir de congédier le chef de police. C'est pas comme ça que ça se passe. Il faudrait que je monte un dossier avec des preuves suffisamment grandes pour mériter une suspension, une rétrogradation ou un congédiement, a-t-il expliqué. Actuellement, le dossier de M. Parent est vierge. Je n'ai rien. Et si j'avais quelque chose, je serais obligé d'en parler au maire, au président du comité exécutif, au président de la commission de la sécurité publique.»

Selon M. Hébert, c'est le président de la Fraternité des policiers, Yves Francœur, qui serait à la source des «rumeurs» qui le visent. Vendredi dernier, M. Francœur a d'ailleurs réclamé la démission de Guy Hébert. «Avant que je parte en vacances, M. Francœur avait fait des accusations à M. Applebaum et dans une entrevue, il avait promis, et je cite : "La marde va pogner". Il fait exactement ce qu'il a promis», a avancé Guy Hébert.

Rappelons que le président de la Fraternité des policiers est en conflit ouvert avec l'administration municipale au sujet de l'horaire de travail des policiers. Yves Francœur dénonce aussi l'ingérence dont ferait preuve Guy Hébert dans les activités du service de police.

Plus de détails à venir.

À voir en vidéo