Ottawa doit désenclaver les terrains en bordure du fleuve, selon la SHM

La reconstruction du pont Champlain pourrait permettre la réalisation d’autres travaux en périphérie de la structure.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La reconstruction du pont Champlain pourrait permettre la réalisation d’autres travaux en périphérie de la structure.

Le gouvernement fédéral devrait profiter de la reconstruction du pont Champlain pour réaménager la section de l’autoroute Bonaventure sous sa juridiction, estime la Société du Havre de Montréal. Un tel projet permettrait la création d’un parc linéaire le long de la rive du Saint-Laurent, avance l’organisme à but non lucratif.

Dans le cadre des consultations menées par Transports Canada en prévision de la reconstruction du pont Champlain, la SHM a déposé un mémoire suggérant à Ottawa deux options susceptibles de désenclaver les terrains en bordure du fleuve.


Le premier scénario consisterait à déplacer les voies autoroutières au nord du parc d’entreprises de la Pointe-Saint-Charles, dans l’axe de la rue Marc-Cantin. En 2006, la SHM avait évalué ce projet à 77 millions de dollars, mais le président de la SHM, Jacques Côté, estime que les coûts s’élèveraient plutôt à 125 millions aujourd’hui.

 

Option moins coûteuse


Une deuxième option, moins coûteuse, est maintenant proposée. La SHM suggère de déplacer d’une trentaine de mètres les voies de l’autoroute vers le nord, dans l’axe de la rue Carrie-Derick. L’aménagement d’une promenade en bordure serait alors possible, croit le président de la SHM, Jacques Côté : « On juge que la proposition de 2006 demeure intéressante parce qu’elle permet un meilleur accès au Sud-Ouest. Mais si la question des coûts est problématique, il est possible d’arriver à peu près au même résultat et d’atteindre le même objectif, soit de donner aux Montréalais l’accès au fleuve. Cette option coûterait moins cher ».


« C’est une occasion unique de corriger une erreur du passé, celle d’accaparer le bord de l’eau. C’est un accès formidable au fleuve », ajoute M. Côté. Le réaménagement du boulevard Champlain à Québec, avec la naturalisation des berges du fleuve, a été un succès et le gouvernement devrait s’en inspirer, croit-il.


Tout comme la Ville de Montréal, la Société du Havre recommande l’implantation du système léger sur rail pour relier Montréal à la Rive-Sud.


La Société du Havre cessera bientôt ses activités. Le maire Michael Applebaum a récemment annoncé que l’organisme à but non lucratif serait démantelé en avril prochain.


Créée en 2002, la SHM avait reçu pour mandat de remettre en valeur le secteur du Havre avec l’appui des trois ordres de gouvernement. La Ville de Montréal lui avait alors confié la planification du projet de réaménagement de la section de l’autoroute Bonaventure de juridiction municipale. L’administration a finalement décidé de rapatrier la maîtrise d’oeuvre du chantier et de dissoudre l’organisme.