Michael Applebaum démissionne du comité exécutif de Montréal

Michael Applebaum refuse de mettre sur le dos de la frustration la cause de sa démission.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Michael Applebaum refuse de mettre sur le dos de la frustration la cause de sa démission.

Michael Applebaum a annoncé sa démission à titre de président du comité exécutif de la Ville de Montréal, vendredi après-midi. Il souhaite toutefois demeurer membre du parti Union Montréal.

Écarté par sa formation comme candidat à la succession de Gérald Tremblay, il refuse de mettre sur le dos de la frustration la cause de sa démission.

La veille, le parti a désigné le conseiller Richard Deschamps pour succéder au maire démissionnaire Gérald Tremblay. Ce choix n'est toutefois pas final, puisqu'il doit être présenté aux autres membres du conseil de Montréal.

M. Applebaum a affirmé que ses motivations sont plus sérieuses et profondes. Ces derniers jours, il dit avoir heurté certains écueils au comité exécutif, notamment sur son engagement à revoir le budget présenté récemment et qui prévoit une hausse des taxes municipales de 3,3 %.

En point de presse, il a dit reconnaître la «colère des gens» et soutenu qu'il ne lui était pas possible de l'ignorer. Il a dit que sa proposition de reculer sur l'augmentation de la taxe sur l'eau de 1,1 % n'a pas été retenue.

En annonçant sa démission, il a aussi brandi un rapport datant de 2004, qui conclut que Montréal paie de 30 à 40 % plus cher, pour les mêmes travaux, que les autres villes. Le 7 novembre dernier, le comité exécutif a refusé de rendre ce rapport public — ou de ne le dévoiler qu'après le conseil municipal —, afin, selon M. Applebaum, «d'éviter des questions embarrassantes».

Soulignant qu'il occupe ses fonctions politiques depuis 18 ans, Michael Applebaum a dit ne plus être en mesure de poursuivre son travail au sein de comité exécutif en raison de désaccords concernant certaines orientations de membres qui siègent toujours à ce comité.
3 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 9 novembre 2012 20 h 59

    Bravo pour votre probité, mais les autres abeilles continuent à accumuler du pollen.

    Rien ne va changé dans le rucher, mais la vie continue.

    Lorsque l'on joue dans les ruches, il arrive que l'on goute au miel. Mais de rayons à rayons l'odeur de la cire devient comme une luxure. Après la récolte, on attend à l'autre saison afin de multiplier les reines et l'on ajoute d'autres ruches. Être si près de l’action on se fait piquer

    Il arrive des essaimages que l'on attaque avec des écrans de fumée pour se protéger avec des ouvrières fidèles comme appui pour garder le contrôle du rucher.

    On arrive avec trop de miel, il faut en donner aux oeuvre des amis italiens

    Mais un jour il arrive un incident imprévu comme trop de piqures en même temps.

    C'est la fin pour ce vaillant apiculteur après 23 ans de durs labeurs

  • Franklin Bernard - Inscrit 9 novembre 2012 22 h 55

    Une sorte de record

    Environ 20 ans à l'Hôtel de Ville d'une métropole à 70% francophone, dans une province à plus de 80% francophone sans réussir à apprendre le français? Ça doit être une sorte de record. Ou bien Applebaum n'est vraiment pas doué, mais alors pas du tout, pour les langues, ou bien il méprise totalement le français. J'inclinerais pour la seconde hypothèse.

    Et il aurait voulu être nommé maire par intérim?

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 10 novembre 2012 05 h 15

    Maitre

    M.Applebaum viens de jouer un coup de maitre. En sautant sur l'occasion pour se détacher de l'administration de la ville tout en jettant un blâme sur son parti, il se dégage de l'opprobe qui s'annonce encore plus dévastateur bientôt. C'est souvent le premier qui fait le saut qui s'en sauve. En brandissant le rapport 2004 pour se justifier, il n'a pu retenir ceux de 2007,8 et 9 où, dit-il, que le maire Tremblay à pris des mesures, en support à son ancien patron. Sauf que, il est évident que ces mesures ne furent pas assez drastiques pour subjuguer l'hémorragie. Allons-nous lui pardonner cette faiblesse quand il se présentera à la mairie dans un an ?