Gérald Tremblay démissionne

«J'ai donné le meilleur de moi-même, a déclaré lundi soir Gérald Tremblay. J'ai consacré toutes mes énergies aux intérêts supérieurs de la Ville.»
Photo: - Le Devoir «J'ai donné le meilleur de moi-même, a déclaré lundi soir Gérald Tremblay. J'ai consacré toutes mes énergies aux intérêts supérieurs de la Ville.»

Gérald Tremblay a annoncé lundi soir qu'il démissionnait de ses fonctions de maire de Montréal. M. Tremblay a déclaré que des membres de son entourage avaient trahi sa confiance, et qu'il en assumait l'entière responsabilité. Il a aussi indiqué que la commission Charbonneau l'avait entendu en privé, mais qu'elle ne semblait pas vouloir l'entendre publiquement — du moins à court terme.

«J'ai donné le meilleur de moi-même, a déclaré lundi soir Gérald Tremblay. J'ai consacré toutes mes énergies aux intérêts supérieurs de la Ville.»

Après avoir fait le bilan de son parcours en politique municipal, Gérald Tremblay s'est défendu de toute corruption, repoussant les allégations. «En politique ce qui semble compter le plus, c'est la perception et non la vérité», a-t-il dit, amer.

À la fin de son discours, il a parlé de sa démission comme d'un «ultime sacrifice».

En mode défense


M. Tremblay, maire de Montréal depuis 2001, est éclaboussé, directement ou indirectement, par les révélations explosives de témoins devant la commission Charbonneau depuis septembre. Mais c'est surtout la semaine dernière qu'il a été particulièrement échaudé.

Martin Dumont, un ancien organisateur d'Union Montréal, le parti du maire, a notamment allégué que M. Tremblay savait parfaitement que sa formation politique profitait d'un financement illégal.

Des allégations que M. Tremblay a rejetées à nouveau catégoriquement, lundi soir, affirmant qu'il ne savait rien de présumées manoeuvres frauduleuses dans le financement de son parti.

D'autres témoins ont exposé au grand jour un système de corruption et de collusion solidement enraciné à l'hôtel de ville de Montréal, qui aurait coûté aux contribuables des millions de dollars.

En vertu de ce système, la valeur des contrats d'infrastructure octroyés par l'administration municipale était frauduleusement gonflée. L'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito a d'ailleurs affirmé devant la commission Charbonneau que le parti du maire Tremblay empochait 3,0 % de la valeur de ces contrats truqués.

Plusieurs ministres du gouvernement Marois ont depuis «invité» M. Tremblay à «réfléchir à son avenir». Le maire avait beau clamer son innocence, sa position à la tête de la métropole devenait intenable.

En vertu de la Loi des cités et villes, une élection complémentaire n'est pas nécessaire parce que le maire Tremblay a annoncé son départ moins d'un an avant la tenue des prochaines élections générales, en novembre 2013. Il revient donc au caucus du parti Union Montréal de choisir le maire par intérim jusque-là.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a réclamé que la transition à l'hôtel de ville soit «tranquille». «Gérald Tremblay ce n'était pas qu'une personne, c'était un régime, et il ne faut pas que ce régime se perpétue», a-t-il ajouté.

Un ancien ministre libéral

Avocat de formation, Gérald Tremblay avait présidé la Société de développement industriel du Québec de 1986 à 1989. Il avait ensuite siégé aux conseils d'administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec et d'Hydro-Québec.

Il fait son entrée sur la scène politique provinciale en 1989, quand il a été élu dans Outremont sous la bannière du Parti libéral du Québec de Robert Bourassa. Il occupera ensuite le poste de ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie de 1989 à 1994.

Il est élu à la mairie de Montréal pour la première fois en 2001, quand il défait le maire sortant Pierre Bourque. Il triomphera de M. Bourque une nouvelle fois en 2005.

M. Tremblay remporte une nouvelle victoire en 2009, cette fois devant Louise Harel et Richard Bergeron. Une odeur de malversations flotte déjà sur l'hôtel de ville de Montréal à ce moment, dans la foulée du scandale de l'octroi des compteurs d'eau. Le Devoir avait révélé que la firme qui avait conseillé la Ville de Montréal dans ce dossier, BPR, était une étroite partenaire d'affaires de l'entreprise à qui le contrat avait été octroyé, Dessau-Soprin. Des rumeurs de collusion et de corruption couraient aussi à cette époque.

L'an dernier, le vérificateur général de la ville de Montréal, Jacques Bergeron, s'était plaint d'avoir été victime d'«espionnage systématique» orchestré par le contrôleur général, Pierre Reid. Plusieurs des rapports du vérificateur Bergeron avaient écorché l'administration Tremblay.

À voir en vidéo