Gérald Tremblay formule ses demandes

Bonifier le fonds de développement de Montréal, hausser les investissements destinés aux infrastructures et prolonger la ligne bleue du métro, voilà quelques-unes des demandes formulées par le maire Gérald Tremblay aux chefs des six partis engagés dans la campagne électorale.


En marge d’une annonce concernant le 375e anniversaire de Montréal hier (voir autre texte en page B8), le maire Tremblay a dressé sa liste d’épicerie en vue du scrutin du 4 septembre. À l’instar de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) dont elle fait partie depuis peu, Montréal réclame des partis politiques une réforme de la fiscalité municipale, un coup de pouce législatif pour juguler le déficit actuariel des régimes de retraite des employés et la signature d’un nouveau partenariat fiscal et financier.


Pour la métropole, Gérald Tremblay souhaite que les sommes consacrées au Fonds de développement, qui s’élèvent à 175 millions à l’heure actuelle, soient haussées. Selon lui, le prochain gouvernement devra aussi faire de la mise à niveau des infrastructures une priorité, car, a-t-il avancé, Montréal devra y investir 3milliards au cours des dix prochaines années. Québec devra aussi prêter main-forte à la métropole en matière de transport collectif en lançant les travaux de prolongement de la ligne bleue du métro et en remettant sur les rails le projet du Train de l’Est, a insisté M.Tremblay.


Interrogé sur le peu d’attention accordée aux enjeux de la ville de Montréal dans le débat électoral jusqu’à maintenant, le maire a répliqué que cela ne l’indisposait pas. « Ce n’est pas le rôle d’un maire de s’immiscer dans une campagne électorale, a-t-il expliqué. Au niveau municipal, on doit avoir une certaine neutralité. Je représente l’ensemble des Montréalais quelles que soient leurs allégeances politiques, et c’est dans cette optique qu’on fait des demandes. »


Selon lui, les partis qui se disputent les sièges à l’Assemblée nationale auraient tort d’accorder davantage d’attention à la ville de Québec qu’aux demandes de Montréal. « La réussite de la capitale, c’est important pour le Québec, mais la réussite de la métropole, c’est aussi important, sinon plus important parce qu’il y a énormément de richesse qui y est créée. »