Montréal interdit le port des masques dans les manifestations

Le règlement interdit de porter un masque sans «motif raisonnable» et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s’est dit confiant de voir les policiers exercer le discernement requis.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le règlement interdit de porter un masque sans «motif raisonnable» et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s’est dit confiant de voir les policiers exercer le discernement requis.

Dès samedi, il sera illégal de porter un masque lors d’une manifestation à Montréal et les organisateurs de celles-ci devront fournir leur itinéraire aux policiers, sous peine qu’elle soit déclarée illégale.

Les élus de Montréal, réunis aujourd'hui en séance extraordinaire, ont adopté par 33 voix contre 25 le controversé règlement dont l’objectif avoué est de pacifier les manifestations et mettre fin aux débordements violents qui sont survenus à quelques reprises ces dernières semaines.

Le règlement interdit de porter un masque sans «motif raisonnable» et le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s’est dit confiant de voir les policiers exercer le discernement requis. Selon le maire, l’interdiction ne vise pas les événements festifs et légitimes, mais il a insisté sur le fait que les policiers devaient avoir les outils requis pour pouvoir intervenir auprès des casseurs avant qu’ils ne se livrent à des méfaits.

M. Tremblay a noté qu’il était de son devoir d’assurer la sécurité des citoyens et que les craintes venaient désormais de toutes parts, que ce soit des citoyens de Montréal, des visiteurs de l’extérieur, des commerçants et même de manifestants.

Les mêmes principes guident l’obligation de fournir l’itinéraire de la manifestation, afin d’éviter la cohue qui s’est produite à plusieurs reprises lors de marches que les policiers ont eu du mal à encadrer parce qu’ils ne pouvaient prévoir où s’en iraient les marcheurs.

Tous les élus de l’opposition ont voté contre l’adoption du règlement. La chef de Vision Montréal, Louise Harel, avait d’abord voulu l’appuyer, mais elle s’est ravisée en constatant que le libellé du règlement faisait du simple port du masque une infraction alors qu’elle s’attendait à ce que l’on rende illégal le fait de porter un masque dans le but de commettre une infraction.

Mme Harel a indiqué qu’elle ne pouvait appuyer un règlement qui reposait simplement sur le discernement d’un corps de métier, faisant valoir que même si la plupart des gens d’un corps de métier — en l’occurrence les policiers — font preuve de jugement, tous les corps de métier comportent des gens qui n’en ont pas.

À voir en vidéo