Montréal installera 100 caméras de surveillance pour mieux gérer le trafic

Grâce aux caméras, des feux de circulation pourraient être ajustés pour désengorger une artère.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Grâce aux caméras, des feux de circulation pourraient être ajustés pour désengorger une artère.

Cent caméras de surveillance seront installées sur des feux de circulation à Montréal d’ici trois ans pour gérer plus efficacement le trafic routier.

En point de presse, aujourd'hui, le directeur des transports à la Ville de Montréal, Claude Carette, a indiqué que cette surveillance en temps réel permettra d’optimiser les déplacements des automobilistes.

Grâce aux caméras, des feux de circulation pourraient être ajustés pour désengorger une artère. L’analyse de ces images permettra également d’identifier les causes de certaines congestions récurrentes sur le réseau et d’apporter des correctifs, a souligné Claude Carette.

Quelque 2200 feux parsèment le territoire de la Ville de Montréal et permettent de gérer le flot de circulation. «Les caméras seront un accessoire afin d’optimiser l’usage de ces feux», a indiqué M. Carette.

Des «feux intelligents»

Plusieurs feux de circulation, communément appelés «feux intelligents», peuvent déjà être ajustés en temps réel. Le boulevard Pie-IX jouit notamment de cette nouvelle technologie.

«On ne parle pas encore de caméras sur Pie-IX, mais bien d’informations qui sont données par le réseau de feux et qui nous permettent d’ajuster les feux en temps réel», a expliqué Claude Carette.

Les caméras installées seront reliées au Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) qui sera chargé d’analyser ces images.

Pas d'enregistrement

Dans l’objectif de respecter les règles de la Commission d’accès à l’information, les images captées ne seront pas enregistrées, a spécifié M. Carette.

La Ville a indiqué que la sécurité civile pourra se servir des caméras lors d’événements nécessitant l’application de mesures d’urgence. La sécurité civile participe d’ailleurs à la mise sur pied du CGMU.

«Mais en soit, c’est un projet de caméras au niveau du transport routier», a tenu à spécifier le directeur des transports de la Ville.

Il a ajouté qu’aucun protocole d’entente n’a encore été signé avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour déterminer les balises entourant l’utilisation des images.

Quelques caméras ont déjà été installées dans le cadre d’un projet-pilote. L’intersection des avenues du Parc et Mont-Royal a notamment été branchée au système de surveillance lors des travaux routiers des derniers mois.

Sur les grandes artères

L’emplacement des cent caméras a déjà été déterminé. Elles seront placées sur la plupart des grandes artères de la métropole et sur les voies d’accès menant aux autoroutes et aux ponts.

Un des premiers axes routiers qui sera branché au système sera le boulevard René-Lévesque, a indiqué M. Carette.

Le déploiement des caméras se fera au cours des trois prochaines années. Le système de surveillance permettra toutefois de gérer un plus grand nombre de caméras.

Les villes d’Ottawa et de Toronto possèdent déjà des systèmes de gestion du trafic routier similaires à celui que la Ville de Montréal développe.

C’est la compagnie Néolect Le Saux qui devrait récolter le contrat d’une valeur de 1,5 million.

2 commentaires
  • M. Miclot - Inscrit 9 mars 2012 21 h 09

    Autre dossier à surveiller

    Un autre retour d'ascenseur de Tremblay et sa gang, ils sentent l'écurie et ils vont se démener pour plaire à leurs commanditaires et se mériter quelques postes juteux au privé.

  • Claude Kamps - Inscrit 9 mars 2012 22 h 31

    et les manifestations de masse

    Dans ce monde ou la police est devenu omniprésente je ne conçois pas des caméras sans enregistreuses...

    On voit bien l'utilité de ces caméras dans bien des domaines, on pourrait même y connecter un système de reconnaissance de plaques et de visages et pourquoi pas en faire des caméras de vitesse ou de feu rouge etc...