Les cartes Opus expireront plus tôt que prévu

Les cartes de transport Opus mises en circulation dans les régions de Montréal et de Québec en 2008 atteindront bientôt leur fin de vie et devront être remplacées. Les sept réseaux de transport qui avaient adopté cette technologie il y a quatre ans ont fait savoir hier que les usagers des transports en commun pourront obtenir une nouvelle carte sans frais à compter du mois d'avril.

Depuis 2008, quelque 3,5 millions de cartes Opus ont été distribuées au Québec. Bien qu'à son lancement les transporteurs avaient attribué à la carte Opus une durée de vie théorique de sept ans, ils ont décidé de limiter son utilisation à quatre ans par mesure de précaution. «On a pris en considération les normes de l'industrie et les recommandations du fabricant, a expliqué hier Odile Paradis, porte-parole de la Société de transport de Montréal (STM). Celui-ci nous a dit que, pour éviter des défaillances éventuelles, nous serions mieux de nous mettre en mode préventif et de remplacer les cartes plus tôt.»

«On trouvait que trois ans, c'était trop court et que cinq ans, c'était trop risqué compte tenu du nombre de validations qui sont effectuées chaque jour — 1,2 million par jour à la STM. On ne voulait pas voir les défaillances se multiplier et avoir à gérer ça», a-t-elle ajouté en rappelant que les cartes de crédit avaient une durée de vie de trois ans.

Plutôt que d'être imprimée sur la carte, la date d'expiration a été encodée sur la puce. Ainsi, une fois cette date passée, la carte Opus cessera de fonctionner. Afin de savoir si le temps est venu de remplacer sa carte, le détenteur pourra consulter le site Internet www.carteopus.info, glisser sa carte dans une des distributrices de titres Opus ou demander un reçu de lecture dans un point de vente autorisé.

Pour obtenir une nouvelle carte, les résidants de la région de Montréal pourront se présenter dans l'un des six centres de service de la STM ou dans une billetterie métropolitaine. Ceux qui opteront pour un point de vente autorisé, tel qu'un dépanneur ou une pharmacie, devront toutefois débourser six dollars et demander un remboursement par la suite.

Quant aux aînés, ils pourront conserver leur carte pendant sept ans. Pour leur part, les étudiants sont déjà tenus de remplacer leur carte sur une base régulière.

Au cours de l'année 2012, près de 250 000 cartes seront remplacées. Certaines de leurs composantes seront recyclées.
4 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 1 mars 2012 09 h 26

    Comment ça?

    Comment les cartes peuvent-elles expirer plus tôt que prévu si la date d'expiration a été décidée quand on les a fabriquées?

  • Sylvain Auclair - Abonné 1 mars 2012 12 h 20

    www.carteopus.info

    Pour le moment, le site semble ne pas fonctionner.

  • philippe ouimet - Inscrit 1 mars 2012 16 h 03

    date encodée sur la puce....ouf!!!!!

    Ici au Québec c'est jamais simple...je me demande si ces idées sans logique sont mises en place unjiquement pour créer des jobs bidons pour les amis ....

  • Killian Meilleur - Inscrit 1 mars 2012 22 h 59

    Bah! Décrépitude programmée...

    Comme Thomas Edison l'a dit (et le premier, si je ne m'abuse), pour maximiser les profits, il faut s'assurer que la durée de vie de nos produits soir juste à la limite de la zone de confiance des utilisateurs...

    Une compagnie, quelque part, vient de décrocher deux fois plus de commandes que ce qu'on a « théorisé » il y a quatre ans. deux fois plus de pognon aussi.

    En ce qui concerne les inquiétudes relatives aux abonnements, ceux-ci ne s'éteindront pas avec la perte de fonctionnalité, mais pourront être transférés sur une nouvelle (ou du moins, c'est ce que j'ai compris lorsqu'on m'en a parlé - et ça a un certain sens)