Montréal - Ville-Marie dit oui aux SIS, mais à l'hôpital

L'arrondissement de Ville-Marie dit oui aux sites d'injection supervisée (SIS) destinés aux toxicomanes, mais seulement dans les établissements de santé. L'organisme Cactus espère que le maire se ravisera.

Dès l'ouverture du premier conseil de l'arrondissement de Ville-Marie depuis que la Ville s'est dite ouverte à accueillir des SIS, le maire Gérald Tremblay a été très clair: l'organisme qui distribue des seringues propres aux toxicomanes, Cactus, ne pourra pas devenir une piquerie supervisée par des infirmières. «Ce secteur contient déjà trop de personnes en crise», a dit Gérald Tremblay. Cactus se situe à l'angle des rues Sainte-Catherine et Sanguinet.

Le maire suggère plutôt au ministre de la Santé, Yves Bolduc, d'ouvrir des SIS directement dans des établissements de santé de l'arrondissement, comme le Centre Dollard-Cormier ou l'hôpital Sainte-Jeanne-d'Arc. «Servons-nous des établissements de santé, puisqu'ils sont là pour ça.» Il a été applaudi par des résidants inquiets au fond de la salle.

Le fondateur de Cactus, Louis Letellier de Saint-Just, estime que le projet risque ainsi de rater complètement sa cible. «Quand on sait que 93 % des utilisateurs des services offerts par les organismes communautaires dans le secteur de la réduction des méfaits ne vont pas dans le réseau de la santé, qu'ils vont dans les organismes, et que Cactus est le chef de file, comment est-ce qu'on peut concilier votre position d'orienter les services uniquement dans le réseau public?» a-t-il demandé pendant la période de questions du public.

Cactus milite depuis plusieurs années pour offrir un service d'injection supervisée à sa clientèle, un service que la Cour suprême a reconnu comme légal en septembre dernier. Le mois suivant, c'est le ministre de la Santé du Québec qui se positionnait en faveur des SIS, et en décembre, le maire de Montréal s'était dit ouvert à accueillir plusieurs SIS dans la ville, à condition qu'ils soient ouverts simultanément dans plusieurs quartiers de la ville, pas uniquement au centre-ville. Le maire de Montréal doit rencontrer Yves Bolduc au cours des prochaines semaines pour discuter du projet.