La ville de Montréal se veut tolérante envers le camp des indignés

Gérald Tremblay au Devoir ce matin<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Gérald Tremblay au Devoir ce matin

Alors que les maires de Québec et de Vancouver s’apprêtent à mettre à exécution leur menace de démanteler les camps des indignés, le maire Gérald Tremblay prône la tolérance à l’endroit des occupants du square Victoria, en invoquant le caractère distinct de la Ville de Montréal.

Mais cette tolérance pourrait être remise en question si la sécurité et la paix publique n’étaient pas maintenues sur le site, a-t-il averti.

«La force de Montréal sur la scène internationale, ce sont nos valeurs: valeurs d’entraide, de solidarité, de respect, de confiance, de dignité humaine, de justice sociale et de paix. C’est dans la Charte montréalaise des droits et des responsabilités», a expliqué le maire lors d’une rencontre éditoriale au Devoir ce matin.

Montréal occupe la vice-présidence de Mayors for peace et est membre de plusieurs organisations internationales comme Cités et gouvernements locaux unis et Metropolis, a insisté Gérald Tremblay: «Je ne peux pas être en contradiction avec mes valeurs profondes et les valeurs des Montréalais. Encore une fois, Montréal est différente.»

«La cause est noble. Il y a un fondement d’injustice sociale, d’injustice économique. Ça devient, d’une certaine façon, notre conscience», a-t-il expliqué avant de préciser que «c’est une expression qu’il faut respecter en autant que les lieux soient sécuritaires pour tout le monde et que la paix publique soit maintenue. [...] Si quelqu’un meurt d’une overdose ou quelque chose comme ça, ça pourrait être différent.»

Même s’il est sympathique à la cause défendue par les indignés, Gérald Tremblay n’entend pas leur rendre visite: «Je me suis volontairement tenu à distance, mais j’ai fait passer tous les messages. À tous les jours, il y a des personnes qui vont régulièrment voir ce qui se passe. J’essaie de rester au-dessus de la mêlée, et c’est volontaire, a-t-il dit. Je suis informé à toutes les heures et je suis ça de très très près. Mais encore une fois, Montréal est différente des autres villes.»

Le Devoir publiera demain une entrevue complète avec Gérald Tremblay.
14 commentaires
  • camelot - Inscrit 7 novembre 2011 16 h 28

    Eh Bien !

    Que se passe-t-il ? Une décision censée venant de M. Tremblay ? Je n'en reviens pas !

  • Jean-Pierre Bouchard - Inscrit 7 novembre 2011 17 h 45

    De la politique

    Un maire tolérant envers la corruption peut très bien l'être à l'égard des indignés.

    Façon de démontrer un équilibre même surfait puisque la cause des Indignés est au moins payante pour un politicien qui tout au moins ne passera pas pour un dictateur. Mais ça c'est encore le jeu d'un politicien plutôt traditionnel.

  • Nelson - Inscrit 7 novembre 2011 18 h 45

    L'important est passer des messages anti-abus, anti-excès, anti-corruption, anti-spéculation.

    Le message des indignés ne semble pas clair, il se disent contre le seul système qu'existe, le capitalisme, dans lequel 80% sont des petites et moyennes entreprises, que créent 80% des emplois.

    L'important est dénoncer les corruptions, collusions, spéculations, arnaques, trafique d'influences, pots vins aux politiciens.

    Évidement, toutes ces cochonneries ne sont pas possibles si nous élisions des gouvernements plus proches aux intérêts du 99% travailleurs et pauvres que des intérêts des grands requins de la finance.

    À nous voter moins débile que Bush, Reagan, Harper, Charest, etc

  • Christian Montmarquette - Abonné 7 novembre 2011 21 h 40

    Un maire tolérant envers la corruption peut très bien l'être à l'égard des indignés.

    .

    «Un maire tolérant envers la corruption peut très bien l'être à l'égard des indignés.» - Jean-Pierre Bouchard

    Et bien...

    Pour une fois, Monsieur Bouchard.

    Nous sommes parfaitement d'accord !

    Christian Montmarquette

    Indigné.

    Montréal.


    .

  • Jean Michaud - Inscrit 7 novembre 2011 21 h 48

    Oui à la défense des indignés.

    Respect aux gens qui veulent parler.

    Ils sont propre, non-violent, nos devons donner notre appui à cette idée qui se veut..... la parole aux citoyens. Ces gens ne vous coûtes rien en argent. Les dépenses de nos politiciens, eux, vous savez.

    Pourquoi eux (les politiciens) peuvent dormir dans de grands hôtels et les indignés, eux, ne peuvent dormir dehors!!!!Quel beau paradoxe!!!

    PS: Trouvez leur un terrain de la terre et donnez leur la chance de pouvoir semer leur bouffe.