Montréal - Une hausse de taxes d'au moins 2,5 %

Le budget 2012 de la Ville de Montréal n'est pas encore ficelé, mais les Montréalais doivent s'attendre à des hausses de taxes d'au moins 2,5 % l'an prochain, a fait savoir hier le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum. La note pourrait être encore plus salée si l'administration de Gérald Tremblay décide d'augmenter les investissements dans les infrastructures de l'eau, a-t-il prévenu du même souffle.

Les dépenses de la Ville augmenteront de 5 % l'an prochain, alimentées notamment par les frais galopants liés aux régimes de retraite. Néanmoins, l'administration Tremblay entend limiter la hausse de l'impôt foncier au taux d'inflation, soit 2,5 %, et elle souhaiterait geler les taxes liées à l'eau et à la voirie pour la prochaine année, a indiqué hier Michael Applebaum alors qu'il présentait les prévisions budgétaires de la Ville pour 2012.

Pourtant, le directeur du Service de l'eau à la Ville, Réjean Lévesque, presse depuis plus d'un an l'administration d'augmenter le financement des infrastructures de l'eau en état de décrépitude avancée, ce qui se traduirait par une augmentation de 1,2 % du compte de taxes des contribuables. «La question est maintenant de savoir si, en 2012, le Service de l'eau a besoin d'argent dans un fonds dédié et s'il en a suffisamment. Nous, on pense qu'il en a assez», a expliqué M. Applebaum, avant d'ajouter qu'il faudra attendre les recommandations de la Commission des finances avant de prendre une décision.

Pour équilibrer le budget, l'administration entend abolir 1000 postes par année d'ici la fin de 2013, mais elle ne touchera pas au nombre d'employés chez les policiers et les pompiers. Quant aux compressions de 250 millions sur deux ans annoncées en 2010, M. Applebaum n'a pas été en mesure de dire si cet objectif avait été atteint.

Montréal devra par ailleurs régler la question des régimes de retraite qui plombe son budget. Des négociations sont toujours en cours avec les syndicats au sujet d'une refonte des régimes de retraite, mais la Ville tente de convaincre Québec de lui venir en aide à ce sujet.

Arrêter de dépenser

Pour les deux partis d'opposition, il ne saurait être question d'augmenter les taxes au-delà de 2,5 %, taxe d'eau comprise. L'administration devra donner un sérieux coup de barre pour contrôler les dépenses de la Ville, estime le conseiller de Vision Montréal, Pierre Lampron: «Il faut arrêter de dépenser à un tel rythme. L'administration dit, sans sourciller, que le budget augmente de 5 % par année, comme si c'était une fatalité, dit-il. La question des régimes de retraite devrait être la priorité des priorités. La situation actuelle menace l'existence même de ces régimes de retraite parce qu'il y a une incapacité de payer.»

«Ce serait inacceptable que les hausses de taxes atteignent 4 %. Il faut les limiter au taux d'inflation. Au cours des deux dernières années, elles ont augmenté de 10 %», a rappelé le conseiller de Projet Montréal, Peter McQueen.

Le budget sera déposé au comité exécutif le 30 novembre prochain pour une adoption par le conseil municipal le 13 décembre.
4 commentaires
  • ClimateCrisis - Inscrit 27 octobre 2011 04 h 36

    Les montrealais a le compte de taxes qu ils meritent !

    Je suis desole de mon titre mais c est vrai.

    - A peine plus de 50% des electeurs sont alles votez aux dernieres elections municipales ( et oui plus qu une fois).
    - pendant les 6 dernieres annes M. Tremblay est jamais au courant de rien.
    - la bureaucratie que M. Tremblay a creer avec les arrondissements et tous le reste ( ex: augmentations de 30% deupis 2009 de cadres avec un salaire excedent les 100,000$ ) coutent cher.
    - M Trembaly , avec aucune vision d'ensemble, a laisser la ville devenir en ruine et on paye le prix maintenant avec tous les travaux de refections a faire en meme temps.
    - et j en passe en laissant de cote la corruption et la mauvaise gestion de la ville.

    Mais les gens s en fouttaient carrement et voila le resulat !

    Quand un proverbe est trop utiliser, le proverbe devient marginal , trop commun et ainsi perd de sa puissance ( comme toute chose )

    mais combien vrai....

    Quand ON s'occupe PAS de notre bien, quelqu'un d 'autre va s'occuper de VOTRE bien a VOTRE place .

    C'est rendu tellement vrai en politique!
    Le jour ou les Quebecois vont se reveiller et vont redevenir des citoyens politiques et des citoyens bien informer, et bien tout va s ameliorer par soi-meme.

    Ceci s'applique aussi bien au provencial

  • VITRILLOLA - Inscrite 27 octobre 2011 05 h 00

    "Tout va bien, monsieur Tremblay !"

    On augmente les taxes pour mieux dépenser à nouveau afin de créer de nouvelles dettes, et ainsi de suite ! Sinon, on magouille pour mieux se servir à nouveau afin de créer de nouvelles dettes. Que ce soit l'un ou l'autre ou encore les deux à la fois, nous sommes menottés et nous nous faisons avoir ! Ça ne donne pas grand chose de le dire parce que monsieur Tremblay semble l'avoir très bien compris.

    Ça date de 2009, mais toujour ça concerne notre maire qui ne sait jamais rien puisque tout va toujours bien !

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/200

  • Sylvain Auclair - Abonné 27 octobre 2011 13 h 01

    Toujours l'effet de la décision de Drapeau?

    Cette question des coûts de la caisse de retraite est-elle consécutive à la décision de M. Drapeau de repousser dans l'avenir (soit maintenant) la capitalisation de la caisse de retraite des employés?

  • Mario Paquette - Inscrit 29 octobre 2011 21 h 19

    Faites vous entendre Montréalais.

    Les Montréalais étouffent sous leurs comptes de taxes. Il est immorale de voir une Ville gouverner par 103 élus pour une population de 1 621 000 habitants en plus d avoir créer des Mini-empire (les 18 Arrondissements) qui ont chacun 1 directeur général et tous l ensemble des employés requis. On peu se dire que vivre a Montréal reviens chers avec toute sa bureaucratie qui ralentie la prise de décision en plus de créer des chicanes de pouvoirs entre les mini-empire.

    Pour ma part, j ai choisi re demeurer a Laval ou la je peux respirer un peu mieux avec mon compte de taxe, il y a 21 conseillers pour une population de 395,000 hab. La Ville de New York a 51 élus pour 8,1 millions d’habitants, la Ville de Toronto a 45 élus pour 4 millions d’habitants.

    Avant de me parler de couper dans les régimes de retraite des employés (vivre leurs vieux jours en paix) faites donc le ménage dans votre bureaucratie afin de faire sauver de l argent aux contribuables.

    Il est évident que j aurais aimé vivre a Ahuntsic un beau quartier paisible, mais les prix des maisons et le compte de taxes était astronomique. Je crois que si je serais proprio a Montréal je m inspirait des indignés d Occupons Montréal. Je camperais la fin semaine devant Hotel de Ville pour réduire la taille du conseil municipal et mettre un terme aux arrondissements et revenir au Conseil de Quartier.