Les immeubles prendront de la hauteur au centre-ville

En révisant son plan d'urbanisme, Montréal veut aussi réduire la hauteur des constructions près du mont Royal

Montréal souhaite permettre la construction d'immeubles de plus grande taille autour du quartier des affaires dans le but, précise-t-elle, de dynamiser le développement immobilier du centre-ville. En revanche, elle entend réduire les hauteurs autorisées dans le secteur situé à proximité du mont Royal, au nord de la rue Sherbrooke.

L'exercice s'inscrit dans la cadre de la révision du plan d'urbanisme de la Ville et vise à ajuster les paramètres de hauteur et de densité du centre-ville, qui sont demeurés inchangés depuis 1992. En autorisant la construction d'immeubles plus élevés, la Ville veut rendre plus attrayant le développement de son centre-ville, notamment autour du quartier des affaires, qui compte de nombreux stationnements de surface.

Le centre-ville a donc été divisé en 33 zones, à l'intérieur desquelles des hauteurs précises ont été déterminées. À titre d'exemple, les plafonds de hauteur seront augmentés aux abords du quartier des affaires et certaines zones, limitées à 25 mètres, passeront à 35, 65 ou 80 mètres. Rappelons qu'à Montréal, la taille maximale des immeubles se limite à 210 mètres, soit la hauteur du sommet du mont Royal.

Dans le périmètre formé par les rues Drummond, City Councillors, Sainte-Catherine et Sherbrooke, qui inclut une partie du flanc sud du mont Royal, les hauteurs autorisées passeront de 210 à 120 mètres. Au nord-ouest du centre-ville, elles passeront de 25 à 16 mètres.

La Ville confirme par ailleurs sa volonté d'encourager la construction résidentielle au centre-ville. À l'heure actuelle, l'arrondissement de Ville-Marie, qui englobe aussi le Vieux-Montréal et le quartier Centre-Sud, compte 80 000 résidants, «ce qui fait du centre-ville de Montréal l'un des plus habités en Amérique du Nord», précisent les documents fournis par la Ville. Si elles sont adoptées, les modifications présentent un potentiel de 13 500 logements et de 750 000 m2 d'espaces de bureaux supplémentaires, ajoute-t-on.

La Ville veut aussi réviser certaines hauteurs en fonction de deux vues sur le mont Royal jugées «significatives», soit celle à partir de la terrasse de l'hôtel de ville et l'autre à partir de l'esplanade de la Place des Arts.

Le projet fera l'objet de consultations de la part de l'Office de consultation publique de Montréal au cours du mois de novembre.

Les grands principes du projet satisfont la directrice générale des Amis de la montagne, Sylvie Guilbault. «La démarche est intéressante. On note en particulier le respect de la silhouette [du mont Royal] qui est si importante pour Montréal et la volonté de protection de certaines vues sur la montagne», a-t-elle indiqué.

De son côté, le directeur des politiques à Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, appuie la volonté d'abaisser les hauteurs sur le flanc sud du mont Royal. Selon lui, toutefois, il faudra faire un examen attentif des nombreuses modifications proposées pour le secteur situé au sud de la rue Sherbrooke. «On partage la volonté de réparer le tissu urbain qui a été pas mal magané. Mais il ne faudrait pas que le remède soit pire que le mal», a-t-il expliqué.
1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 15 octobre 2011 08 h 32

    A prime abord, sage

    La réduction des hauteurs à proximité du Mont-Royal était bien nécessaire. Déjà que le Montreal General Hospital et quelques autres bâtiments ont défiguré définitivement la partie ouest de la silhouette de la ville. Qu'on préserve aussi le Plateau et le Vieux-Montréal. Et par ailleurs encourager les gratte-ciel là où ils ne cachent pas le Mont-Royal est bienvenu. On est en Amérique du Nord et ces hauts bâtiments donnent une image de dynamisme à une ville. Il faut évidemment souhaiter que leurs architectes en fasse des chef-d'oeuvre et non des boîtes, grisâtres dans tous les sens du mot. Un mot sur le côté nord : on ne dit pas assez comme la vue sur Montréal à partir de l'autoroute des Laurentides est réussie. L'Oratoire et l'Université s'intègrent harmonieusement à la verdure et à la ligne de crête du Mont-Royal.