École à l'île des Soeurs: à la commission scolaire de trancher

Le maire de l'arrondissement de Verdun, Claude Trudel, a décidé de reporter de quelques semaines le changement de zonage visant à permettre la construction d'une école dans un parc de l'île des Sœurs. Mais il a lancé un ultimatum à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys qui devra assumer la facture des aménagements exigés par la Ville, soit environ deux millions de dollars, a-t-il dit.

Le maire Trudel a fait connaître sa décision hier soir, à l'occasion de l'assemblée du conseil d'arrondissement. Il souhaite ainsi que la commission scolaire se conforme aux recommandations d'un groupe de travail qui, dans un rapport déposé la semaine dernière, préconise l'aménagement d'une cour d'école verte, d'une toiture végétalisée et d'un stationnement souterrain, le tout, sans possibilité d'agrandissement. «La balle est dans son camp. Le projet de la nouvelle école est d'abord son projet, a insisté M. Trudel. Depuis plusieurs mois, nous avons été souvent seuls au front. [...] Je n'ai pas vu un commissaire scolaire venir se battre avec nous.»

Cet ultimatum survient après des mois de controverse. L'assemblée d'hier soir s'est d'ailleurs déroulée en présence de citoyens profondément divisés sur la question. Les citoyens opposés au projet plaident pour la préservation du parc de la Fontaine et ils estiment que d'autres terrains auraient dû être considérés pour accueillir cette école. Jack Kugelmass croit qu'avant longtemps, l'école devra être agrandie et qu'une autre section du parc devra être sacrifiée malgré les promesses du maire Trudel. «Le jour où cette école va ouvrir, elle sera déjà trop petite et on va avoir besoin de construire une troisième école», a-t-il signalé.

De son côté, Claude Desbiens, un résident du secteur, a reproché à la Ville son manque de vision. «Vous auriez dû planifier ça il y a 10 ans et pas nous arriver au mois de mai en essayant de nous rentrer ça par la gorge», a-t-il lancé.

En revanche, d'autres citoyens appuient le projet qui permettra d'implanter l'école dans un environnement attrayant tout en répondant aux besoins pressants de la commission scolaire qui ne dispose que d'une école — surpeuplée — à l'île des Soeurs. Marie-Hélène Demers s'est toutefois inquiétée des retards que ces nouveaux délais pourraient occasionner car, a-t-elle rappelé, la nouvelle école est attendue pour la rentrée 2012. Le maire Trudel a répliqué qu'il revenait à la commission scolaire de prendre une décision promptement.

Au terme de l'assemblée, le maire Trudel a indiqué que l'offre était à prendre ou à laisser: «Si la commission scolaire refuse nos conditions, je vais leur demander s'ils sont prêts à acheter un terrain d'un entrepreneur, s'il y en a encore.»