Montréal se taille une bonne place auprès du Lonely Planet

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, dont l'administration a été étrillée par le magazine britannique Monocle, a brandi hier les résultats d'un sondage Lonely Planet où la métropole québécoise fait cette fois bonne figure.

«Il ne faut pas se fier à un article. Il faut regarder [l']ensemble. La ville de Montréal est reconnue planétairement et de façon très positive», a affirmé le maire Gérald Tremblay, tout en montrant le palmarès de la «meilleure ville estivale du monde» («World's Best Summer City») du blogue du Lonely Planet.

Il réagissait à la dégringolade, du 12e au 24e rang, de la ville de Montréal, en cinq ans, du palmarès de Monocle.

Montréal s'est toutefois hissée au troisième rang du coup de sonde réalisé par l'entremise de Facebook et de Twitter par l'éditeur de guides de voyage Lonely Planet. Elle se glisse derrière Barcelone (1re) et Sydney (2e), soit «deux villes qui pourraient facilement être décrites comme des destinations quatre saisons».

Mais l'auteur de l'entrée de blogue, Andy Murdock, a formulé une réserve aux choix des internautes. «Au zénith de l'été, les deux villes peuvent également être désagréablement chaudes, trop chères et surpeuplées, avertit-il. Les auteurs des guides Lonely Planet vous recommandent de les visiter un peu plus tôt ou un peu plus tard dans l'année.»

Montréal — la seule ville canadienne à avoir réussi à se tailler une place dans ce «Top 11» de Lonely Planet — suit à la troisième position, grâce aux 3,5 % des électeurs qui l'ont choisie. La capitale de la Catalogne, elle, a réussi à se voir plébiscitée par plus de 5 % des votants.

La métropole du Québec dame le pion à Londres (4e), à Chigago (5e), à Stockholm (6e), à Édimbourg (7e), à Berlin (8e), à Amsterdam (9e), à New York (10e) et à Lisbonne (11e). «Les électeurs ont commencé à tenir des propos qui tombent sous le sens avec la troisième place: Montréal, Londres, Chicago, ce sont les villes qui ressuscitent l'été. Ces villes attendent des mois que le morne hiver froid disparaisse, puis explosent dans des crises (et des festivals) de joie qui durent tout l'été.»
4 commentaires
  • camelot - Inscrit 7 juillet 2011 12 h 35

    Oubli avantageux

    Ce que M. Tremblay ne semble pas saisir, est que le succès de Montréal ne lui doit rien. 66 % des Montréalais ont voté contre lui.

  • Claude Kamps - Inscrit 7 juillet 2011 13 h 43

    Comme ville de piéton et cycliste

    Lonely Planet est le guide idéale des gens en sac à dos qui font surtout des voyages à pied ou en vélo...

    Quand Michelin ou même Le Routard diront cela de Montréal on pourra commencer à croire que cet étude réalisée grâce à l'internet n'est pas dirigée par Vélo Québec....

    Moi je vois que résident de la rive sud qui allait au moins une fois par semaine pour mes loisirs à Montréal, je n'y vais plus.
    -le parking ou y en a pas assez ou c'est un prix exorbitant ou on reçoit bien vite 100.00 de ticket...
    - y allez est un désastre, changez pour le transport en commun en dehors des heures de pointe ou après 19h impossible...
    - a chaque visite, les lieux de parkings disparaissent et on change les sens uniques sans parler des travaux tellement bien planifié qu'on bloque la ville pour 2 ou 3 hommes au travail de jour....

  • Michel Bédard - Inscrit 7 juillet 2011 22 h 58

    Grille de critères boiteuse et incomplète.

    "Afordable Montreal", sobriquet donné à notre ville touristique il y a quelques années. Comparée à d'autres villes... Montréal serait peu chère, abordable, à petits prix... Vraiment ?

    À l'été 2011, au c-v de Montréal (ville importante la plus pauvre au pays) le stationnement est de 6$ l'heure. Il est payant même les jours fériés... Sur Ventura boulevard à Hollywood près de L.A., c'est 1$ l'heure sur la "Catherine" des gens riches et célèbres... À Time Square N-Y, le "centre du monde" où la densité humaine et automobile est l'une des plus élevée de la planète, le stationnement sur rue (plutôt rare et donc difficile à obtenir) est de 3$ l'heure...

    Montréal, ou la grenouille qui tente toujours de se faire plus grosse que le boeuf...

    Encore s'il n'y avait que ça... mais l'administration locale de Montréal, avec ses amendes les plus élevées du continent, s'ingénie à "faire les poches" des citoyens et des touristes pour enrichir le trésor municipal...

    Et comme guide

  • Michel Bédard - Inscrit 8 juillet 2011 21 h 12

    suite

    Et comme guide-chauffeur d’autobus touristique, je peux affirmer que la Ville de Montréal nous fait la vie dure (espaces de stationnement nettement insuffisants; détours nombreux à cause des travaux de réfection; nids-de-poule qui font perdre des contrats; etc). Michel Bédard, Fierté Montréal.