Guichet d'embauche unique à Montréal - Dissidence au sein d'Union Montréal

La création d'un guichet unique pour regrouper les services d'embauche à la Ville de Montréal irrite plusieurs élus de l'équipe du maire Gérald Tremblay. Lors de la séance du conseil municipal, mardi, cinq élus d'Union Montréal ont voté contre le plan de l'administration. Parmi eux, le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, et la mairesse de l'arrondissement d'Outremont, Marie Cinq-Mars.

Prenant la parole lors de l'assemblée du conseil municipal, Luis Miranda a dénoncé le plan de l'administration Tremblay. «J'ai l'impression de revivre l'histoire», a lancé M. Miranda en parlant des fusions municipales de 2001 auxquelles il s'était opposé.

Il a dit ne pas croire que cette centralisation des services d'embauche engendrera les économies promises de deux millions de dollars par année. «Je suis surpris de voir que le dossier n'a pas été retiré. Pourtant, nous avons une réunion du caucus et il y avait assez de membres de ma formation politique qui avaient des interrogations», a-t-il ajouté.

«Je me suis présentée en tant que décentralisatrice. Ce projet n'a rien de décentralisateur, a expliqué au Devoir la mairesse Cinq-Mars. Je n'y vois aucun intérêt pour les citoyens d'Outremont que je représente. Si je changeais de cap — ce que je n'ai aucunement l'intention de faire —, je devrais, à ce moment-là, retourner devant l'électorat.»

Après de longs débats, le projet a été adopté mardi soir à 45 voix contre 13. Les membres de l'équipe de Louise Harel ont voté en faveur du projet alors que ceux de Projet Montréal l'ont rejeté en bloc.

Mme Harel s'est réjouie de l'adoption de ce plan qui permettra de regrouper les 34 services d'embauche que compte la Ville. «Pour les Montréalais, il s'agit d'une excellente nouvelle [...]. Ce guichet unique facilitera l'accès aux citoyens qui veulent faire carrière à la Ville», croit-elle.