Montréal aidera Port-au-Prince dans sa gestion quotidienne

Montréal entend apporter sa collaboration à la reconstruction de Port-au-Prince en dépêchant dans la capitale haïtienne des employés montréalais pour appuyer l'administration municipale durement éprouvée par le séisme. Au cours des deux prochaines années, 51 missions se relaieront à Port-au-Prince pour épauler les Haïtiens dans les domaines de la planification urbaine, du logement et des infrastructures.

«Nous allons aider les Haïtiens dans ce que nous connaissons le mieux: la gestion d'une ville au quotidien», a expliqué le maire Gérald Tremblay hier.

Lors du séisme qui a secoué Haïti il y a un an, l'hôtel de ville de Port-au-Prince s'était effondré. Désorganisée, l'administration municipale ne jouit pas d'une voix forte auprès des autorités gouvernementales. «À l'heure actuelle, le gouvernement et les organisations non gouvernementales [ONG] ne s'adressent pas à la Ville, comme si elle n'existait pas. Elle est trop faible», a relaté hier Michèle Picard, conseillère en affaires internationales à la Ville de Montréal, qui dirigera le projet d'aide à Port-au-Prince.

L'objectif de la délégation montréalaise sera donc de «remettre sur pied» l'administration municipale de la capitale haïtienne et de l'assister dans plusieurs domaines, dont la planification urbaine.

«Haïti travaille déjà sur un plan d'urbanisme et on ne veut pas dédoubler [le travail]. On veut seulement s'assurer que le maire, Jean-Yves Jason, soit accompagné et qu'il ait le transfert d'expertise nécessaire pour que son équipe puisse prendre la relève le plus rapidement possible», a expliqué le maire Tremblay.

Le projet de 4,2 millions bénéficiera d'un financement de 3 millions par l'Agence canadienne de développement international (ACDI). Un bureau permanent sera établi à Port-au-Prince et chaque mission durera environ un mois.

Pendant que Montréal s'occupera de Port-au-Prince, les villes membres de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et de la Fédération canadienne des municipalités prêteront main-forte aux villes de Gressier, Léogâne, Petit-Goâve et Grand-Goâve. «Les valeurs fondamentales sur lesquelles on doit baser notre intervention, c'est le respect des communautés haïtiennes et des priorités des élus haïtiens», a insisté le président de l'UMQ, Éric Forest.
 
6 commentaires
  • helene poisson - Inscrite 12 janvier 2011 03 h 18

    Les scripteurs du Bye Bye 2011 ont-ils leurs ciseaux?:

    «Nous allons aider les Haïtiens dans ce que nous connaissons le mieux: la gestion d'une ville au quotidien», a expliqué le maire Gérald Tremblay hier.

    Montréal pourrait obtenir un généreux reçu de charité en y expédiant immédiatement le maire Tremblay pendant un an.
    Ça ferait baisser les taxes.
    Et en moins de 6 mois, en juillet 2011, les Haïtiens auraient des problèmes de déneigement ce qui leur ferait oublier le 12 janvier 2010.

    Un peu plus et la Poune s'étouffe dans sa tombe. Pour le même prix,
    pourquoi pas M. Tomassi pour s'occuper des garderies ?

  • tohi1938 - Inscrit 12 janvier 2011 03 h 52

    De mieux en mieux!

    Hier, c'était l'expertise en santé.
    Aujourd'hui c'est l'expertise en "gestion" municipale et en urbanisme.sur le modèle de Montréal.
    Bienvenue à la création d'un pouvoir municipal à Port au Prince puisque "...le gouvernement et les ONG (???) ne s'adressent pas à la Ville comme si elle n'existait pas..."
    Or s'il y a bien une chose essentielle en temps de désastre c'est bien la centralisation des actions pour qu'elles soient les plus efficaces possibles et donc les moins coûteuses. Aider à reproduire les querelles intestines comme celles entourant l'échangeur Turcot ou le déneigement par arrondissement en multipliant les lieux de pouvoir et donc d'affrontement est à la limite de la bêtise.
    Pourquoi pas tant qu'à faire de proposer de fusionner Pétionville avec Carrefour ou de transformer Delmas en autoroute Ville-Marie, ou d'installer des compteurs d'eau.
    Au moins, l'expertise montréalaise sur le profilage racial sera inutile...

    À quoi faut-il s'attendre pour demain?
    Des missions du Barreau pour la nomination des juges?

  • Bernard Gervais - Inscrit 12 janvier 2011 08 h 05

    Haïti n'a pas besoin de ça !

    Comme si Haïti n'avait pas déjà assez de problèmes, voilà que l'ineffable maire Tremblay lui offre son expertise en gestion municipale, lui qui dirige une ville dont l'administration est lourde (notamment à cause de ses fichus arrondissements) coûteuse et inefficace en plus, comme on le sait surtout depuis deux ans (l'affaire du contrat des compteurs d'eau , le scandale à la SHDM...), d'être rongée par la corruption !

    Sincèrement, les Haïtiens peuvent s'en passer. Une vraie farce qui frôle l'indécence !

  • alen - Inscrit 12 janvier 2011 09 h 29

    The blind leading the blind!

    Monsieur Tremblay, S.V.P., on paie déjà à Ottawa pour ça. Gérez seulement mieux votre, notre, ville!

  • Rémi Bourget - Inscrit 12 janvier 2011 11 h 16

    Mauvaise nouvelle pour Port-au-Prince...

    Montréal, ville ingouvernable car surgouvernée, où une décisions aussi simple que le trajet du marathon peut prendre 3 ans à se concrétiser (voir article d'Yves Boisvert paru il y a quelque jours dans La Presse) est bien mal placée pour conseiller quelque ville que ce soit dans la "gestion au quotidien"...