Le nom du futur planétarium dérange Projet Montréal

Projet Montréal ne comprend pas pourquoi on baptisera le nouveau planétarium de Montréal du nom de Rio Tinto Alcan alors que la contribution du commanditaire se limite à 4 millions, contre 23,7 millions pour la Ville de Montréal.

Le planétarium, dont le coût est maintenant évalué à 46 millions, doit ouvrir ses portes à la fin de 2012 sur le site du parc Olympique. En 2008, sa construction avait été évaluée à 33 millions, mais elle atteint maintenant 37 millions. À ce montant s'ajoutent notamment l'aménagement intérieur, le mobilier et le premier spectacle qui y sera présenté, pour un total de 46 millions.

Québec versera 9,5 millions, Ottawa 9 millions, Rio Tinto Alcan 4 millions et la Ville 23,7 millions. Le terrain sera cédé gratuitement à la Ville de Montréal par Québec, mais la Ville devra assumer les coûts de transfert des entrepôts de la Régie des installations olympiques (RIO) qui s'y trouvent, soit 903 000 $. Elle devra également verser 225 750 $ à la RIO pour des travaux d'électricité qui devront être réalisés.

Le comité exécutif de la Ville a entériné, mercredi, les ententes intervenues entre les deux parties et donné le feu vert à un règlement d'emprunt de 28 millions.

Le conseiller de Projet Montréal François Limoges juge inconcevable que le planétarium porte le nom de Rio Tinto Alcan compte tenu de la contribution limitée de l'entreprise. «C'est une question de dignité. Je comprends que les commandites sont à la mode, mais on en donne large aux compagnies», dit-il.

Julie Bourbonnais, adjointe au directeur des Muséums nature, a indiqué hier au Devoir que l'institution était tenue de respecter l'entente de dix ans signée avec l'entreprise.