L'administration Tremblay réclame du temps pour évaluer la proposition du conciliateur

Et si le conflit de travail entre les cols bleus et la Ville de Montréal tirait à sa fin? Sans contrat de travail depuis trois ans, les cols bleus de Montréal ont ratifié samedi à 96,8 % la recommandation du conciliateur au sujet du renouvellement de leur convention collective.

Presque l'ensemble des quelque 2500 syndiqués — près de la moitié des 5500 cols bleus — réunis en assemblée générale extraordinaire au Complexe sportif Claude-Robillard se sont prononcés en faveur de la recommandation.

Le président du syndicat des cols bleus de Montréal, Michel Parent, a déclaré que ses membres étaient satisfaits et soulagés. Il a qualifié l'acceptation de la recommandation du conciliateur — qui a été nommé par le ministère du Travail afin de faire sortir les deux parties de l'impasse — par ses membres de «baume sur une plaie après des négociations ardues».

L'administration Tremblay doit maintenant faire connaître sa décision. «Il s'agit d'un pas dans la bonne direction», a souligné, ce week-end, le directeur du capital humain à la Ville de Montréal, Jean Yves Hinse, en réaction à la décision prise par les cols bleus. Il s'est toutefois refusé à faire connaître la suggestion qu'il fera au comité exécutif quant à la suite que devront donner les élus à la recommandation du conciliateur.

Les fonctionnaires évaluaient toujours les contrecoups économiques et financiers de la recommandation qui porte sur les années 2007 à 2011, dont les détails n'ont pas été rendus publics, sur le cadre budgétaire de la métropole. L'administration fera part de sa décision au plus tard mercredi prochain, c'est-à-dire le 6 octobre, a réitéré, hier, l'attaché de presse du maire et du comité exécutif, Bernard Larin.

Capacité financière

«L'entente devra respecter la capacité financière de la Ville», a martelé au cours des derniers mois M. Hinse, alors que le maire, Gérald Tremblay, clamait sur tous les tons que Montréal n'avait pas les moyens de donner davantage que des hausses salariales de 0 % en 2007, et, ensuite, de 2 % annuellement.

La convention collective du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal est échue depuis trois ans, soit depuis le 31 août 2007.

Les cols bleus de Montréal ont mené, au cours des derniers mois, des grèves tournantes, qui ont influé sur plusieurs services, dont la collecte des déchets, et sur des sites comme le Biodôme et l'Insectarium.

***

Avec La Presse canadienne