Génieau devra révéler le nom de ses sous-traitants

Comme l'a confirmé au Devoir le porte-parole du consortium, Génieau attend d'être convoqué par l'administration municipale pour présenter les contrats. «Il serait souhaitable, rendu à cette étape, que les gens de la Ville et de Génieau se rencontrent, se parlent et éclairent tout le dossier. Tant qu'à les soumettre, aussi bien qu'il y ait des explications qui viennent avec les contrats», a soutenu Pierre-Yves Beauchemin, au nom de Génieau.

En juillet dernier, le consortium, formé de l'entrepreneur Simard-Beaudry, appartenant à Tony Accurso, et de la firme d'ingénierie Dessau, dirigée par Jean-Pierre Sauriol, a déposé une réclamation de 33,8 millions pour le bris du contrat des compteurs d'eau. Le contrat a été annulé en décembre 2009 par le conseil municipal montréalais, ce qui s'est appliqué en mars 2010.

Génieau réclame 28,2 millions pour les travaux effectués jusqu'à cette date, 2,8 millions correspondant à la clause de pénalité de 1 % du solde du contrat et 2,7 millions pour la préparation de la réclamation, y compris les frais d'avocat.

Le quatrième élément

Le document de 1000 pages, que Génieau disait complet à l'époque, ne comptait toutefois pas les contrats liant le consortium aux entreprises sous-traitantes. Ces dernières auraient effectué des travaux pour lesquels Génieau souhaite aujourd'hui se faire rembourser.

M. Beauchemin a expliqué que Génieau était réfractaire à les soumettre dans une première étape, puisque cela aurait signifié qu'il fallait laisser aux fonctionnaires municipaux le soin de faire l'analyse des contrats qu'il juge «plus délicats».

À la fin d'août, la Ville de Montréal a fait parvenir au consortium une demande pour obtenir quatre séries de documents manquants. M. Beauchemin a indiqué que trois des quatre étaient déjà incluses dans la volumineuse documentation transmise. Les contrats avec les sous-traitants constituent le quatrième élément.

Tensions

Le scandale des compteurs d'eau a créé beaucoup de remous au plan politique, mais il a également ébranlé quelque peu l'alliance entre Tony Accurso et Jean-Pierre Sauriol. Des tensions entre les deux entreprises partenaires dans Génieau sont apparues, notamment lors de la préparation de la réclamation, qui s'est échelonnée sur une année.

«Ça se peut qu'il y ait eu des discussions sérieuses quand le dossier a été monté. C'est comme dans n'importe quel mariage. Mais, depuis, le dossier a été déposé à la Ville de Montréal», s'est borné à dire Pierre-Yves Beauchemin.

Du côté de Dessau, on ne souhaitait pas faire de commentaire. Quant à Tony Accurso, il a fait savoir par sa porte-parole que «Simard-Beaudry Construction et Dessau sont solidaires de la réclamation contre la Ville de Montréal».