En bref - Toit rétractable ou fixe? Trop tôt pour le dire

Il est trop tôt pour déterminer si le prochain toit du Stade olympique sera fixe ou rétractable, car il faudra d'abord réaliser des analyses approfondies sur les besoins de la clientèle, comme le requiert la Politique-cadre sur la gouvernance des grands projets, a indiqué la ministre du Tourisme, Nicole Ménard, hier, en marge d'une conférence de presse au sujet de la gare de Saint-Hubert.

Le nouvel appel d'offres ne portera que sur une seule option, toit fixe ou toit rétractable, a pris soin de préciser la ministre. Rappelons que le consortium Dessau-EllisDon a proposé un concept de toit rétractable à la Régie des installations olympiques, qui était, jusqu'à tout récemment, disposée à conclure une entente avec la firme SNC-Lavalin pour un toit fixe. «Ça ouvre de nouvelles possibilités d'avoir eu une candidature [Dessau-EllisDon] qui satisfaisait aux exigences de l'avis d'intention, tant financières que techniques, et, en plus, qui offrait une autre option. Des années plus tard, on a la possibilité de revenir avec, peut-être, une autre solution», estime la ministre.
1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 26 septembre 2010 09 h 17

    Ni l'un ni l'autre

    Pensons-y : 500 millions de dollars pour réparer pour la nième fois un stade inutile et payer une équipe de hockey à la "Vieille Capitale" ? C'est l'argent qu'il nous faut pour payer les infirmières auxiliaires, engager des enseigants spécialisés pour les décrocheurs et renflouer un peu nos universités sous-financées.