La climatisation du métro est un gaspillage énergétique, dit Transport 2000

Richard Bergeron, de Projet Montréal, est revenu à la charge hier pour réclamer de la Société de transport de Montréal qu’elle équipe les nouvelles voitures de métro et les autobus de systèmes de climatisation. Pour la STM, la climatisation du métro entraînerait une augmentation importante de la chaleur dans les stations.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Richard Bergeron, de Projet Montréal, est revenu à la charge hier pour réclamer de la Société de transport de Montréal qu’elle équipe les nouvelles voitures de métro et les autobus de systèmes de climatisation. Pour la STM, la climatisation du métro entraînerait une augmentation importante de la chaleur dans les stations.

Le groupe Transport 2000 n'est pas convaincu que la climatisation du métro soit la bonne solution pour améliorer le confort des passagers. L'organisme, qui représente les usagers des transports en commun montréalais, estime que la climatisation entraînerait un «gaspillage énergétique considérable».

«Cette solution est très tentante, reconnaît Normand Parisien, directeur général de Transport 2000. C'est vrai qu'il fait très chaud dans les voitures actuelles, mais avec les nouvelles voitures, on devrait faire des gains importants.»

M. Parisien croit que la chaleur dégagée par les rames climatisées fera en sorte que la température grimpera indûment dans les tunnels et les stations. Il se dit toutefois inquiet quant au confort des usagers dans le contexte de réchauffement climatique.

Mais Projet Montréal ne lâche pas le morceau. Il faisait 34 degrés Celsius dans le métro lundi soir, et l'augmentation prévisible du nombre de jours de canicule dans les prochaines années est de mauvais augure pour l'avenir, estime le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, qui est revenu à la charge hier pour réclamer de la Société de transport de Montréal (STM) qu'elle équipe les nouvelles voitures de métro et les autobus de systèmes de climatisation. «Si on ne le fait pas maintenant, on ne pourra pas le faire avant 2065. On va obliger deux générations à transpirer en commun dans le métro», dit-il.

Projet Montréal juge que les 50 millions requis lors de l'achat des nouvelles voitures, pour lesquelles la STM dépensera 3 milliards, en valent la chandelle. Les coûts d'exploitation s'élèveraient pour leur part à 75 millions sur 40 ans. Par ailleurs, convaincre un automobiliste de renoncer à sa voiture justifierait l'impact écologique de 12 autobus climatisés, estime Projet Montréal.

Mais la STM n'en démord pas. La climatisation du métro entraînerait une augmentation importante de la chaleur dans les stations. La température dans le métro et les autobus arrive d'ailleurs au 12e rang des préoccupations des usagers, a fait valoir le président du conseil d'administration de la STM, Michel Labrecque. «On pense que les nouvelles voitures, qui vont produire moins de chaleur, leur aérodynamisme et la restructuration de notre ventilation vont nous permettre de faire des gains», a-t-il dit.

La STM est toutefois plus ouverte à l'idée de climatiser les autobus et des tests seront menés l'an prochain sur des lignes d'autobus avec arrêts fréquents et sur des circuits express.
6 commentaires
  • Claude Kamps - Inscrit 1 septembre 2010 07 h 42

    Vraiment dans le champ

    Si la température se maintient il sera urgent de refroidir le métro pour qu'on ne doivent pas avoir des ambulanciers à chaque station.

    Le gaspillage serait de prolonger le métro plutôt que des trains en surface...
    C'est déjà assez qu'on a gaspiller de quoi construire un hôpital en prolongeant le métro de Laval, plutôt qu'un train de surface...

  • Alexandre Thibodeau - Abonné 1 septembre 2010 07 h 47

    Inconfortable

    Pourquoi prendre son véhicule?

    -Un siège
    -Un siège confortable
    -Climatisation
    -Radio
    -Espace de rangement

    Le jour où le métro sera confortable, je serai le premier à le prendre. Pour l'instant, je vais laisser Transport 2000 s'entasser comme du bétail dans une fournaise.

  • Pascal MALLET - Inscrit 1 septembre 2010 08 h 12

    Echauffement de l'air des stations et des tunnels.

    Rappelons que le système de métro sur pneus consomme 30 à 100 % d'énergie électrique de plus que le système sur roues en acier. Celà est du au frottement des pneux contre les pistes de roulement en béton et aux transmissions entre les moteurs électriques et les roues (ponts moteurs), beaucoup plus compliquées que dans les rames sur roues fer.
    Vous pouvez demander aux techniciens de la STM : les ponts moteurs des rames actuellement en service fonctionnent à une température de l'ordre de 100 °C. !
    En voila d'excellents radiateurs dont la chaleur passe immédiatement dans l'air des stations et des tunnels.
    Cet échauffement excessif est du essentiellement au brassage de l'huile de lubrification des ponts-moteurs.
    Si la STM veut diminuer cette température élevée, améliorer le confort des passagers, et éviter ce gaspillage d'énergie, elle doit impérativement demander dans son prochain appel d'offre une température de fonctionnement des ponts-moteurs ne dépassant pas env. 60 °C.
    C'est techniquement possible, contrairement à ce que dit Alstom, fournisseur présumé des bogies comportant les ponts-moteurs. Encore faut-il faire l'effort de le demander !

  • François Beaulé - Abonné 1 septembre 2010 16 h 53

    Pourquoi pas un roulement acier sur acier

    Si le métro sur pneus consomme 30 à 100% plus d'énergie qu'un roulement acier sur acier, alors voilà un argument de plus pour convertir les voies et se débarasser une fois pour toutes des pneus.

    Les tunnels étantt aménagés en profondeur, ce qui complique un peu la ventilation selon la STM, les vibrations générées par le roulement des roues en acier ne nuiront pas. Seules les tronçons de voies plus près de la surface ou dans certaines stations devront être refaites pour contenir des matériaux absorbants les vibrations. Les travaux pourraient être faits à la faveur de la nuit.

  • P DARCY - Inscrite 2 septembre 2010 08 h 24

    Montréal, l'innovante

    le roulement acier peut être une solution.
    La climatisation n'est pas une panacée, il serait tant que la capacité de création des ingénieurs sur Montréal s'exerce à Montréal même, en trouvant une solution innovante de rafraîchissement des métros qui pourrait être exportée partout dans le monde!