La circulation sera restreinte sur le Plateau

Lors des élections de novembre dernier, Projet Montréal a obtenu tous les sièges dans le Plateau Mont-Royal après avoir promis de s'attaquer au problème de circulation automobile. Les élus ont annoncé hier une série de mesures qui devraient rendre trois secteurs de l'arrondissement plus conviviaux aux piétons et aux cyclistes. Dans la mire: l'avenue Laurier Est, qui sera complètement redessinée dans le secteur de l'édicule du métro.

Dans le Plateau, 88 % des déplacements motorisés sont effectués par des citoyens n'habitant pas l'arrondissement. De plus, le Plateau remporte la palme à Montréal en ce qui a trait au nombre de piétons et de cyclistes victimes d'accidents de circulation.

Le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, a dévoilé hier les premières mesures qui seront mises en place au cours des prochains mois pour apaiser la circulation automobile.

En plus de la transformation de l'avenue Laurier Est en sens unique vers l'est, du boulevard Saint-Laurent à l'avenue Papineau, la chaussée sera rétrécie devant l'édicule du métro Laurier pour ne permettre qu'une seule voie de circulation, de même que l'élargissement des trottoirs et l'aménagement d'une piste cyclable.

Les automobilistes qui contournent le parc Laurier pour filer vers le sud par la rue Christophe-Colomb devront revoir leur itinéraire puisque le sens de la circulation sera inversé entre la rue Laurier et le boulevard Saint-Joseph.

Plus au sud, tout le secteur des rues Rachel et Christophe-Colomb sera réaménagé. La bretelle qui relie l'avenue du Parc-La Fontaine à la rue De La Roche sera éliminée et une voie sera retranchée sur cette artère. La piste cyclable qui emprunte le parc La Fontaine sera déplacée de quelques mètres sur la chaussée de l'avenue du même nom.

Finalement, le sens de la circulation automobile sera modifié rue Roy Est de manière à diriger les voitures vers la rue Saint-Denis et apaiser la circulation aux intersections des rues Roy et Berri.

«Le principe, c'est d'envoyer les voitures sur les grands axes de transit, Papineau d'un côté, Saint-Denis de l'autre, et d'éviter que les voitures roulent dans les rues résidentielles», a résumé le maire Ferrandez. Selon lui, ces grandes artères pourront absorber cette circulation supplémentaire.

M. Ferrandez s'est défendu de prendre plaisir à tourmenter les automobilistes, mais il reconnaît d'emblée que ces changements entraîneront des inconvénients pour eux. «Sur Christophe-Colomb, par exemple, on s'attend à une augmentation de l'heure de pointe de 20 minutes, mais, tranquillement, ça devrait diminuer, dit-il. On pense que les gens vont s'adapter et qu'on va réussir, à travers tout ça, à faire un quartier plus beau, plus calme, plus vert et, surtout, plus sécuritaire.»

De son côté, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, est convaincu qu'à plus long terme, la circulation globale diminuera: «Ce pari-là a été gagné partout dans le monde. Il n'y a pas de raison qu'il ne soit pas gagné à Montréal aussi.»

Certains travaux débuteront à l'automne, d'autres au printemps prochain. Pour l'instant, le coût de ces aménagements est estimé à «quelques millions de dollars», mais il sera précisé au cours des prochains mois.
39 commentaires
  • Claude Kamps - Inscrit 22 juin 2010 00 h 22

    Ah ah ah!!!

    Déjà maintenant sur Papineau et St Denis la circulation se fait sur uniquement la voix de gauche, la droite est pleine de voitures et camions en 2e file et de vélos qui se traine dans le milieu de la voix de droite...Un jour il y aura un mort sur St Denis et ce sera la faute de l'automobiliste tasser par un autobus ou qui a éviter un piéton qui traverse hors des lignes...
    Sur Papineau il y a 13 signaux non synchronisés?? On se traine de rouge en rouge et pollue en masse...

    La circulation automobile du plateau sera moindre et étouffera toute la ville, à chaque voiture qui est dans un encombrement provoqué par les «ingénieux de circulation» la pollution augmente en flèche.
    La pollution sera de plus en plus forte sur le plateau et on se demandera pourquoi... le smog est plus fort...
    Par quel chemin on devra passer pour aller d'un «maire de village» à un autre si chaque maire décide de bloquer la circulation qui passe sur ses rues?

    Le but est de vider les voitures de la ville centre et d'asphyxier la ville au profit des centre d'achats et logements des rives sud et nord...

    C'est vrais que les cyclistes et piétons paye le plus de taxes à la ville et aux villages de Montréal ....

    Voila le résultat de la décentralisation des quartiers en mairie par ce bon Charest

  • Marie Alice Dupuis - Inscrit 22 juin 2010 00 h 52

    Bravo pour une ville plus humaine

    J'entends déjà les gens des autres quartiers qui reprocheront au Plateau d'améliorer la qualité de vie de ses résidents. Exigeons tous des améliorations comme celles que Richard Bergeron et Luc Ferrandez ont annoncées aujourd'hui et nous n'aurons rien à envier au Plateau alors!!! Pourquoi nous privons-nous collectivement de la ville que nous voulons? Ça m'échappe, vraiment.

  • Michel Lefebvre - Inscrit 22 juin 2010 06 h 12

    Commentaire d'un républicain

    J’habite en plein cœur de la République, coin Christophe-Colomb et Gilford. J’ai une auto, je prends le taxi, j’ai un vélo, mais surtout, je me promène à pied, souvent avec mon chien. J’ai failli me faire frapper dix-huit fois en deux mois par des banlieusards, j’ai ragé trente-huit fois en un mois contre les transitards qui descendent Christophe-Colomb deux par deux à sept heures du matin. Je me fous totalement de ce que ces gens pensent du snobisme des républicains, et c’est comme la propreté : si chacun nettoie devant chez soi, ça va finir par être propre. Donc, les cow-boys: prenez le métro, voyagez à six, trouvez-vous une job à Laval. (Je m’excuse, je dois prendre mon auto ce matin).

  • Pierre Schneider - Abonné 22 juin 2010 07 h 18

    Message reçu

    Message bien reçu. Nous n'irons plus, nous qui n'habitons pas Montréal, dépenser notre argent sur le Plateau, ni dans la métropole où la circulation devient de plus en plus problématique pour la vaste majorité des Québécois qui n'ont d'autre choix que de rouler en automobile dans ce Québec si vaste. Faire ses courses en vélo, quelle idée de génie ! Tant qu'à y être, pourquoi par un retour aux chevaux, comme au début du siècle dernier ?

  • Paul Martin - Inscrit 22 juin 2010 07 h 50

    Excellente nouvelle!

    Je connais bien les secteurs affectés par ces changements et je peux personnellement vous affirmer que ces mesures sont tout à fait justifier et complètement nécessaire.

    Un belle victoire pour notre qualité de vie collective. Bravo!

    M. Kamps, je suis entièrement en désaccord:

    Ces rues sont résidentielles, secondaires, et longent des parcs. Je pense que c'est tout à fait raisonnable de limiter la circulation pour améliorer la sécurité des parcs (les piétons et les cyclistes se font happés par des automobilistes sont bien trop nombreux)

    Le but est d'améliorer notre qualité de vie, de mettre en valeur nos parcs et d'en augmenter la sécurité pour tous les citoyens. Je vois difficilement comment cela peut supporter votre argument de la défusion, surtout que le plateau faisait déjà partie de la ville de Montréal bien auparavant.

    D'après l'article, 88% de la circulation automobile sur le plateau viens de l'extérieur de l'arrondissement - j'ai du mal à croire que la très grande partie de ces gens ne sont que des banlieusards qui font le va-et-vient pour leur travail au centre-ville... pour ensuite dépenser leur revenu dans des centre d'achats en banlieues de toute façon.

    Je ne suis vraiment pas convaincu qu'il y aura des impact négatifs sur l'économie de l'arrondissement ou les arrondissement avoisinants - la circulation se déplacera tout simplement vers les grandes voies (St-Denis et Papineau).



    Personne ne parle de fermer la St-Denis, et franchement une grande partie de la circulation qui passe par le plateau n'ont aucune intention d'acheter quoi que ce soit au centre-ville - Ils s'en vont au travail tout simplement, et doivent écoper leur *choix* d'habiter dans une 'grande' maison à 50km de leur travail.