La circulation sera restreinte sur le Plateau

Dans le Plateau, 88 % des déplacements motorisés sont effectués par des citoyens n'habitant pas l'arrondissement. De plus, le Plateau remporte la palme à Montréal en ce qui a trait au nombre de piétons et de cyclistes victimes d'accidents de circulation.

Le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, a dévoilé hier les premières mesures qui seront mises en place au cours des prochains mois pour apaiser la circulation automobile.

En plus de la transformation de l'avenue Laurier Est en sens unique vers l'est, du boulevard Saint-Laurent à l'avenue Papineau, la chaussée sera rétrécie devant l'édicule du métro Laurier pour ne permettre qu'une seule voie de circulation, de même que l'élargissement des trottoirs et l'aménagement d'une piste cyclable.

Les automobilistes qui contournent le parc Laurier pour filer vers le sud par la rue Christophe-Colomb devront revoir leur itinéraire puisque le sens de la circulation sera inversé entre la rue Laurier et le boulevard Saint-Joseph.

Plus au sud, tout le secteur des rues Rachel et Christophe-Colomb sera réaménagé. La bretelle qui relie l'avenue du Parc-La Fontaine à la rue De La Roche sera éliminée et une voie sera retranchée sur cette artère. La piste cyclable qui emprunte le parc La Fontaine sera déplacée de quelques mètres sur la chaussée de l'avenue du même nom.

Finalement, le sens de la circulation automobile sera modifié rue Roy Est de manière à diriger les voitures vers la rue Saint-Denis et apaiser la circulation aux intersections des rues Roy et Berri.

«Le principe, c'est d'envoyer les voitures sur les grands axes de transit, Papineau d'un côté, Saint-Denis de l'autre, et d'éviter que les voitures roulent dans les rues résidentielles», a résumé le maire Ferrandez. Selon lui, ces grandes artères pourront absorber cette circulation supplémentaire.

M. Ferrandez s'est défendu de prendre plaisir à tourmenter les automobilistes, mais il reconnaît d'emblée que ces changements entraîneront des inconvénients pour eux. «Sur Christophe-Colomb, par exemple, on s'attend à une augmentation de l'heure de pointe de 20 minutes, mais, tranquillement, ça devrait diminuer, dit-il. On pense que les gens vont s'adapter et qu'on va réussir, à travers tout ça, à faire un quartier plus beau, plus calme, plus vert et, surtout, plus sécuritaire.»

De son côté, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, est convaincu qu'à plus long terme, la circulation globale diminuera: «Ce pari-là a été gagné partout dans le monde. Il n'y a pas de raison qu'il ne soit pas gagné à Montréal aussi.»

Certains travaux débuteront à l'automne, d'autres au printemps prochain. Pour l'instant, le coût de ces aménagements est estimé à «quelques millions de dollars», mais il sera précisé au cours des prochains mois.

À voir en vidéo