Cyclistes et piétons d'abord!

Manifestation de cyclistes et de piétons
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Manifestation de cyclistes et de piétons

Des dizaines de citoyens ont réclamé, hier après-midi, l'aménagement de passages pour piétons et cyclistes sur les voies ferrées qui séparent les arrondissements Plateau-Mont-Royal et Rosemont-La Petite-Patrie à Montréal.

Les manifestants, pour la plupart des personnes qui vivent aux abords de la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique, ont également déploré le zèle des agents de la compagnie ferroviaire qui, en plus de dresser des constats d'infraction à ceux qui entrent sans permission sur le domaine ferroviaire, réparent avec une grande rapidité les brèches dans les clôtures le délimitant.
3 commentaires
  • André Boulanger - Inscrit 14 juin 2010 10 h 43

    PAS PLUS DANGEREUX QUE DE TRAVERSER LA PAPINEAU.

    Tous les jours, sur le Plateau et dans Rosemont, nous traversons des dizaines de rues dans un environnement dédié à l'automobile. Pourtant nous arrivons à survivre en milieu urbain. Il est moins dangereux de traverser la voie ferrée que l'autoroute 19 communément appelée l'avenue Papineau. Si le Canadien Pacifique cherche à occuper ses employés, je suggère le nettoyage de son long corridor : il en a bien besoin.

  • Jean-Yves Laporte - Abonné 15 juin 2010 16 h 31

    Flicailleries

    Aujourd'hui mardi, 15 juin, à 10h45, un policier m'a intercepté au moment où je traversais cette voie ferrée avec mon vélo. Je n'ai rien dit, n'ai pas protesté, lui ai docilement remis mon permis de conduire pour qu'il vérifie avec le central si je n'étais un dangereux récidiviste de la traversée ou un affreux terroriste du raccourci. Après une dizaine de minutes, il m'a remis mon permis avec une contravention de 144 dollars.

    Pourquoi est-ce qu'à Montréal, en voiture, on peut faire à peu près n'importe quoi : griller les feux rouges, stationner en double, faire des demi-tours complets, prendre des sens uniques à reculons, reculer sur des centaines de mètres, bloquer les intersections en stationnant sur les coins de rue, faire des arrêts à moitié, stationner sur le trottoir, bref, mettre la vie des piétons et des cyclistes en danger, mais tout cela impunément, tellement impunément que c'est maintenant entré dans les moeurs. C'est ça maintenant la conduite à Montréal. Et c'est précisément pour cela que les cyclistes préfèrent éviter les grandes artères et couper court par, justement, la voie ferrée.

  • Francois - Inscrit 16 juin 2010 08 h 06

    Un peu d'effort

    Pourquoi les gens s'entêtent à passer au nivaux du passage du train. Ça manque d'effort que d'utiliser les infrastructures déjà existante. Imaginer débourser des millions pour une passerelle pour se sauver de la paresse. Ces individus qui réclament un passage ne sont pas raisonnable et responsable.