Montréal scrutera mieux les gros contrats

Les trois partis à l'Hôtel de Ville de Montréal se sont entendus pour créer une commission qui aura pour mandat d'examiner les gros contrats octroyés par la Ville. Cette nouvelle commission n'aura pas de pouvoirs décisionnels, mais elle permettra aux élus d'avoir une meilleure connaissance des contrats qu'ils sont appelés à entériner.

Lorsqu'ils ont donné leur aval au contrat des compteurs d'eau en novembre 2007, les élus montréalais avaient une connaissance plutôt limitée du dossier même si la valeur du contrat atteignait la somme non négligeable de 356 millions de dollars.

Pour remédier à cette lacune, une commission composée d'élus des trois formations politiques se chargera d'examiner sous toutes leurs coutures les contrats de plus de 10 millions de dollars. Elle s'intéressera aussi aux contrats de plus de 500 000 $ lorsque ceux-ci s'avèrent complexes ou si un important écart de coûts est constaté entre l'évaluation de la Ville et la soumission retenue.

La proposition découle des travaux de la commission de la présidence qui, au cours des dernières semaines, s'est penchée sur la révision du rôle des commissions permanentes du conseil. Peu après sa réélection, le maire Tremblay avait dit souhaiter un plus grand engagement des élus dans le processus décisionnel. Leader de la majorité, le conseiller Marvin Rotrand estime qu'il s'agit d'une entente «historique» entre les trois partis.

La commission de la présidence suggère aussi de faire passer de onze à neuf le nombre de commissions permanentes, de manière à réunir celles relevant de l'agglomération et du conseil municipal qui abordent des sujets communs. Les recommandations seront présentées lors de séances publiques de consultation le 5 mai et le 2 juin prochain et les modifications devraient être en vigueur à l'automne.