L'échangeur Turcot s'est encore dégradé

Alors qu'il se retrouve au centre d'un litige entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal, l'échangeur Turcot continue de se dégrader. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dû fermer hier une voie de circulation sur une bretelle où des dommages avaient été constatés.

Le consortium SNC-Lavalin/CIMA+, chargé de la surveillance de cette infrastructure, a signalé une détérioration du béton des chevêtres de la bretelle 15 sud en direction du pont Champlain. Le MTQ a dépêché une équipe sur place pour évaluer les dommages et estimer les travaux de réfection qu'il faudra effectuer.

Le MTQ a aussitôt fermé, pour une période indéterminée, une des deux voies de circulation sur cette bretelle empruntée chaque jour par 31 200 véhicules. Le ministère estime que, pendant la période de pointe du matin, 1925 véhicules à l'heure y circulent alors qu'en fin d'après-midi, on en compte en moyenne 2500 à l'heure.

Construit en 1966, l'échangeur Turcot est décrépit. Le MTQ a déjà présenté un projet visant à reconstruire le complexe autoroutier qui comporte quatre échangeurs, mais le concept proposé a suscité une vive opposition de la part de citoyens, d'urbanistes, d'écologistes et de représentants de la Ville de Montréal.

Vendredi dernier, la ministre des Transports, Julie Boulet, a fait savoir que des modifications avaient été apportées au projet initial et que le MTQ entendait maintenant retrancher une voie dans l'axe est-ouest afin de permettre l'aménagement d'un corridor réservé au transport collectif, ce qui réduirait de 15 à 25 % la capacité routière de l'autoroute.

La veille, la ministre avait rejeté le projet alternatif concocté par l'administration Tremblay, alléguant qu'il était trop onéreux. L'échangeur circulaire imaginé par la Ville de Montréal coûterait six milliards de dollars, au lieu des 2,5 milliards du projet du MTQ, avait fait valoir Julie Boulet, sans pouvoir fournir au maire Gérald Tremblay les détails de cette évaluation. Le cabinet du maire a finalement reçu hier ces données et, en fin d'après-midi, la Ville en poursuivait toujours l'analyse.