Griffintown version 2 vivra phase par phase

Le projet Griffintown pourra aller de l'avant, mais il sera plus modeste et comportera un volet commercial beaucoup moins important que dans sa version initiale. La Ville de Montréal a donné mercredi le feu vert au promoteur Devimco, qui entend commencer les travaux de construction à l'automne.

Compte tenu de la morosité du climat économique, le promoteur avait dû revoir à la baisse son projet et retarder sa mise en chantier. Même s'il ne renonce pas à son plan initial évalué à 1,3 milliard de dollars, Devimco compte procéder par phases.

La nouvelle mouture du projet, considérée comme la première de quatre phases, est évaluée à 475 millions de dollars et occupera une superficie représentant environ 20 % du périmètre prévu dans le projet original, a précisé la Ville hier. Elle sera confinée au secteur situé au sud de la rue Wellington et comportera une importante composante résidentielle avec la construction de 1375 logements.

Le promoteur a renoncé à l'implantation de commerces de grande surface pour opter pour des commerces de proximité. Le projet comportera 130 000 pieds carrés de commerces, 200 000 pieds carrés de bureaux ainsi qu'un hôtel de 150 chambres. La hauteur des immeubles ne pourra pas dépasser 70 mètres.

Comme Devimco détient des options d'achat pour l'ensemble des propriétés du périmètre visé, aucune expropriation ne sera nécessaire. De même, l'idée de fermer des rues a été abandonnée.

Dans le nouvel accord de développement conclu avec la Ville, le promoteur s'est engagé à ce que son projet comporte 206 logements abordables et autant de logements sociaux.

Le comité exécutif, qui a approuvé mercredi l'accord de développement, a également autorisé un règlement d'emprunt de 30 millions de dollars pour financer les travaux d'infrastructure et d'aménagement des espaces publics.

Le responsable de l'urbanisme au comité exécutif, Richard Bergeron, s'est dit satisfait des modifications apportées au projet, évoquant notamment le maintien de la grille de rues et la réduction du nombre de places de stationnement. «On a des garanties que le processus concerté entre le promoteur, les services centraux et l'arrondissement, qui a conduit à améliorer la phase I, va continuer pour les phases ultérieures. Il y aura des mécanismes de contrôle en place», a-t-il assuré.

À voir en vidéo