Zhuzhou dans le métro, malgré tout

Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir

Zhuzhou Electric Locomotive s'est jetée dans la mêlée, aux côtés de l'entreprise espagnole Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF), pour réclamer un nouvel appel d'offres international avant l'octroi du contrat de renouvellement des voitures de métro de Montréal.

La société chinoise a remis hier son dossier de candidature à la Société de transport de Montréal (STM), quelques heures à peine avant l'échéance de la période de dépôt des soumissions.

Siemens n'y sera pas

Pour sa part, l'allemande Siemens ne sera pas de la course, a annoncé le porte-parole de Siemens Canada, DL Leslie, hier, au Devoir. «Nous jugeons que nous n'avons pas la bonne solution dans notre portfolio. Nos produits et services ne correspondent pas aux demandes énumérées [dans l'avis international]», a-t-il affirmé.

La STM fera savoir sous peu si elle met la hache dans l'entente qu'elle a ficelée avec le consortium formé des sociétés Bombardier et Alstom et si elle lancera un appel d'offres international. «On en a pour quelques semaines», a indiqué la porte-parole de la STM, Odile Paradis. La Société devra étudier les dossiers de candidature des deux sociétés, qui tiennent sur «des centaines, peut-être des milliers de pages». «On va prendre le temps de les analyser correctement et rigoureusement», a-t-elle ajouté.

«Si jamais il y en a un qui répond aux conditions de l'avis d'intention, on se voit dans l'obligation de relancer un appel d'offres sur le marché international. Toutes les entreprises qui veulent postuler vont postuler», a poursuivi Mme Paradis.

Retourner à la case départ

Si la STM évalue que l'une ou l'autre des deux entreprises respecte ses critères techniques et financiers, elle sera forcée de retourner à la case départ. Le cas échéant, Alstom et Bombardier, avec qui la STM était sur le point de se lier par contrat, seraient tenues, elles aussi, de soumettre une nouvelle offre.

Mais, qu'en sera-t-il du mariage forcé entre les constructeurs québécois et français? Sera-t-il rompu si la STM lance un nouvel appel d'offres international? La question est demeurée sans réponse hier. Le porte-parole du consortium n'a pas répondu aux appels du Devoir.

«Si l'on est dans l'obligation de refaire le processus d'appel d'offres, on parle entre un an et deux ans de délai», avant la signature d'un contrat. S'ajouteront par la suite les délais de livraison, — évalués à 32 mois pour le premier train — et de leur mise en service.

Contretemps «loufoque»

Transport 2000 déplore ce nouveau contretemps «loufoque» qui retarde le renouvellement de la flotte des voitures du métro de Montréal, certaines vieilles de plus de 40 ans. «C'est extrêmement douloureux ce nouvel épisode dans le feuilleton du renouvellement des voitures de métro», lance son porte-parole, Normand Parisien. Il estime que l'espagnole CAF «risque de mêler les cartes».

La STM souhaite faire l'acquisition de 765 voitures de métro afin de remplacer les 336 voitures MR-63, vieilles de 45 ans, ainsi que les 423 voitures MR-73 acquises entre 1976 et 1981. La Société de transport garde également la porte ouverte pour l'achat de 288 voitures supplémentaires si le projet de prolongement du réseau du métro se concrétise.

CAF, qui a remis son dossier de candidature vendredi dernier à la STM, se targue notamment d'avoir participé activement à la production des voitures des métros de Mexico et de Santiago, au Chili. Des voitures montées sur des pneumatiques, a-t-elle rappelé. «La firme espagnole est très crédible. Elle continue de fabriquer [des voitures de métro] sur pneumatique», a dit le maire de la Ville de Montréal, hier, s'abstenant de tout commentaire sur la proposition de Zhuzhou Electric Locomotive.

Roues d'acier

Même si la STM tient mordicus à des voitures de métro montées sur des pneumatiques, la proposition de Zhuzhou comprend l'installation de roues d'acier sur les trains. Celle-ci entraînerait des économies de 1,5 milliard de dollars pour les contribuables québécois, en plus d'offrir des voyages moins cahoteux aux usagers, selon son porte-parole.

Bien que la société chinoise lui suggère avec insistance, depuis près de trois mois, de troquer les pneumatiques de ses voitures de métro avec des roues d'acier, — une suggestion qui apparaît «hautement fantaisiste» selon Transport 2000, la STM refuse de plier l'échine. «La condition du pneumatique est maintenue», martèle sur toutes les tribunes Odile Paradis. «Une chose est certaine, ça demeure sur pneumatique», a ajouté M. Tremblay, faisant la sourde oreille devant l'offensive de charme de Zhuzhou Electric Locomotive. «Cette décision-là, elle est prise», s'est-il exclamé.
7 commentaires
  • Bernard Gervais - Inscrit 2 mars 2010 01 h 25

    L'intérêt des usagers du métro : le dernier des soucis de la STM !

    Quelle incompétence de la part des dirigeants de la STM ! Si, au lieu d'accorder directement à Bombardier la fabrication de nouveaux wagons de métro (comme ils l'avaient d'abord fait), ceux-ci avaient la peine de lancer un appel d'offres, nous n'en serions pas là !

    On connaît la suite. Voulant sa part du gâteau, la société française Alsthom a menacé de poursuivre la STM devant les tribunaux, ce qui a retardé la livraison de ces mêmes wagons. Puis, Zhuzhou de Chine, Siemens et même une entreprise d'Espagne veulent mettre la main sur le contrat !

    Résultat : on ne sait plus quand seront livrés ces nouveaux wagons tant nécessaires (ceux qui sont encore en fonction sont usés à la corde et souvent défectueux).

    Toute cette saga nous démontre que la STM - tout comme les compagnies qui veulent obtenir ce même contrat - se soucie fort peu des intérêts de ses usagers !

    Pauvres Montréalais qui prennent le métro ! Ils n'ont pas fini d'entendre des messages du genre « Attention, attention, une panne de train (ou une porte coincée) nous oblige à interrompre le service. D'autres messages suivront sous peu. » !

    En passant, où est le directeur de la STM, Michel Labrecque, ce monsieur qui dit n'utiliser que son vélo pour se déplacer à Montréal ?

  • Pierre Véronneau - Inscrite 2 mars 2010 08 h 54

    C'est beau la modialisation

    C'est super de se faire dicter quoi et comment par les chinois, vive la mondialisation . Quand le maître parle on baisse les yeux.... il y a de quoi être très fier.......

  • J F C Lemay - Inscrit 2 mars 2010 08 h 59

    Des détails sur la décision pneumatique, s'il vous plait

    Pourquoi la décision 'sur pneumatique' est-elle prise? En tant que contribuable, j'aimerais avoir des détails. La plupart des métros modernes roulent sur rail; ils sont confortables et silencieux. Par ailleurs, le métro de Montréal dispose déjà de rails de métal (entre les rails pour pneus) qu'il faudrait peut-être rénover. Le coût de cette rénovation serait-il supérieur à la différence de prix entre les wagons sur rail et sur pneus?

  • Michel Chamoun - Inscrit 2 mars 2010 16 h 24

    Enfin une companie sérieuse

    Nous avons droit a un appel d'offre sérieux cette fois-ci au moins, et non pas une companie qui veut nous vendre quelque chose dont on ne veux pas. Et on ne peux pas vraiment blamer la stm, puisque ce qui la forcera a proceder a un nouvel appel d'offre, c'est que le contrat a enormement evolué depuis qu'il a été accordé a bombardier et aelstom. Qui sait, pe que CAF ne desirait pas s'ouvrir une usine au quebec pour seulement quelques centaines de millions mais maintenant qu'on chiffre le contrat en milliards, cela en vaut la peine. Reste a savoir si cela va retarder le processus et nous permettre d'avoir de meilleurs prix, ou si cela ne causera que des ennuis