Ancien couvent Mont-Jésus-Marie - Les astres s'alignent pour la conversion en condos

Le maire Gérald Tremblay a affirmé hier soir que l'approbation de la Ville au projet de transformation de condos de l'ancien couvent Mont-Jésus-Marie était conditionnelle à l'accord du prochain recteur de l'Université de Montréal. Sans une lettre de Guy Breton, dont la nomination a été confirmée hier soir, le débat sur le controversé dossier devra être remis à la séance du conseil municipal du mois prochain, a-t-il dit.

La vente par l'Université de Montréal de l'immeuble patrimonial du 1420, boulevard Mont-Royal, au promoteur Construction F. Catania, et sa conversion en condos de luxe, semblent faire de moins en moins de doute: le comité exécutif de la Ville a donné son aval au projet hier après-midi et l'actuel vice-recteur de l'université, Guy Breton, qui avait défendu le projet de vente de l'immeuble avec vigueur, a été choisi hier pour succéder à Luc Vinet au poste de recteur.

Reste au conseil municipal à approuver le projet, ce qui pourrait être fait aujourd'hui. Le maire Tremblay a toutefois indiqué hier que son administration devra au préalable obtenir du futur recteur l'assurance que le conseil d'administration de l'université garde la cap sur la vente de l'immeuble.

Vendredi dernier, l'administration a ajouté le controversé dossier à l'ordre du jour de la séance du conseil municipal qui a débuté hier. Ce geste a été perçu par l'opposition comme une manoeuvre douteuse, mais le maire Tremblay a indiqué qu'il avait agi ainsi «par mesure de précaution». La vente du terrain rapportera 21 millions de dollars à l'université et ces revenus serviront de mise de fonds pour l'École de santé publique qui doit voir le jour dans le Quartier de la santé au centre-ville, a expliqué le maire pour justifier l'empressement de son administration à se conformer aux désirs de l'université. Il a également précisé qu'il fallait prendre en considération les délais que pourrait occasionner la tenue d'un référendum. Si nécessaire, une telle consultation devrait avoir lieu avant les vacances d'été. Si la Ville obtient la lettre de M. Breton «dans les prochaines heures», le dossier pourrait être soumis au vote des élus aujourd'hui.

Rappelons que le bâtiment situé sur le flanc du mont Royal avait été acquis par l'Université de Montréal en 2003 des Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie pour la somme de 15 millions de dollars. Confrontée à des coûts de rénovation plus élevés que prévu, l'université a annoncé son intention de vendre la propriété à Construction F. Catania qui entend y aménager 135 condos. Le projet a suscité de vives critiques, notamment de la part de professeurs de l'université. Ils espéraient que Marc Renaud, publiquement opposé au projet, accède au poste de recteur.

La chef de l'opposition, Louise Harel, n'a pas manqué de remettre en question la capacité du maire de défendre la Montagne contre les ambitions des promoteurs immobiliers. Gérald Tremblay a rétorqué que l'université ne disposait pas de fonds suffisants pour rénover l'immeuble patrimonial et qu'aucune autre institution ne s'était montrée intéressée à acquérir l'ancien couvent. Dans ces circonstances, la Ville ne peut bloquer un projet qui, par ailleurs, a été jugé acceptable par plusieurs organismes, dont les Amis de la Montagne et l'Office de consultation publique de Montréal. «Des bâtiments placardés, est-ce ça que nous voulons?» a demandé le maire.

Le président du Syndicat des professeurs de l'Université de Montréal, Louis Dumont, aurait souhaité que la Ville attende l'entrée en fonction du nouveau recteur le 1er juin prochain avant de donner le feu vert au projet. «Le nouveau recteur aurait pu prendre le pouls de la communauté», a-t-il dit.
3 commentaires
  • - Abonnée 23 février 2010 09 h 00

    Plus ça change, plus c'est pareil!

    Nous l'avons réélu et ben! nous l'avons. Il ne reste qu'à faire avec. Il va continuer à "vendre" sa mère pour une piastre en jouant à la vierge orffensée si on l'accuse d'être de collusion avec les malfrats de ce monde!
    St-Gérald priez pour nous!
    L.C.

  • Madeleine Des Rivières - Abonnée 23 février 2010 12 h 02

    Couvent Mont-Jésus-Marie

    Il ne faut pas penser que l'Université de Montréal a servi de simple intermédiaire entre la communauté des religieuses et le nouveau promoteur en voie de se porter acquéreur de l’ancien couvent Mont-Jésus-Marie. Bien sûr, il y a un manque de fonds qui peut empêcher l’Université de respecter ses obligations et de poursuivre le projet qu’elle entretenait lors de son acquisition, projet en accord avec l’usage passé et la vocation de cet édifice. Le temps aidant, l’attrait d’un encaissement important, peut-être d’un profit, en tout cas d’un avantage immédiat pour « tout un chacun » feront en sorte que le zonage sera modifié et les intérêts historiques et communautaires céderont le pas devant un développement domiciliaire. Peut-être insèrera-t-on en façade une vieille pierre ou une nouvelle plaque témoignant du passé.
    B. C., Québec

  • Claire Derome - Inscrite 23 février 2010 17 h 29

    L'argent est tout ce qui compte

    Mais comment pouvons-nous être si petits. Quand la ville de Montréal va t-elle vraiment se décider à protéger nos espaces verts. Des paroles, des paroles c'est tout ce que nous avons. L'argent, c'est tout ce qui compte. Et où est l'opposition dans tout cela? Une vraie farce.