Plateau-Mont-Royal - Le chasse-neige de la discorde

Le Conseil des services essentiels (CSE) a dû intervenir hier pour régler un litige opposant la Ville de Montréal et ses cols bleus. L'employeur reprochait aux employés du Plateau-Mont-Royal d'avoir procédé à l'épandage d'abrasifs sans avoir au préalable pris soin de déblayer les trottoirs et les chaussées.

Après avoir entendu les parties, le CSE a rendu une décision en fin d'après-midi afin de préciser les règles d'épandage d'abrasifs. Cette tâche doit être effectuée selon la «pratique habituelle», ce qui comprend l'usage du chasse-neige, a indiqué le CSE.

Pendant la grève tournante, les cols bleus ne sont pas tenus de déblayer la neige lorsque moins de neuf centimètres de neige tombent au sol. Comme les récentes précipitations ont atteint sept centimètres, les cols bleus de l'arrondissement du Plateau, où se déroulait la grève hier, ont fait l'épandage d'abrasifs sans d'abord tasser la neige, deux opérations qui peuvent être menées simultanément avec les véhicules de la Ville.

La Ville a dénoncé la «tactique syndicale»: «C'est du gros niaisage cette histoire-là, s'est indigné Jean-Yves Hinse, directeur des relations professionnelles à la Ville. Ça écoeure les citoyens qui se retrouvent dans un paquet de gadoue parce que la neige n'a pas été tassée.»

De leur côté, les cols bleus ont promis de demander une révision judiciaire de la décision du CSE. «Si on exerce le droit de grève, il faut que ça veuille dire quelque chose», a commenté Marc Ranger, négociateur des cols bleus, en rappelant qu'à moins de neuf centimètres, les cols bleus n'avaient pas à déblayer la neige.