Train de l'Est: deux ans de retard et 100 millions de plus

Le Train de l'Est arrivera avec au moins deux ans de retard et coûtera au bas mot 400 millions de dollars, au lieu des 100 millions prévus initialement, a fait savoir la ministre québécoise des Transports, Julie Boulet, hier.

La mise en service du Train de l'Est, attendu patiemment par les utilisateurs de transports collectifs de la couronne nord-est de la métropole à la fin de l'année, est désormais prévue pour l'été 2012.

Le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) et le site de la société General Dynamics qui fabrique des munitions à Le Gardeur ont notamment forcé l'Agence métropolitaine de transport (AMT) à privilégier l'électrification du Train de l'Est ainsi que l'érection d'un mur entre la voie ferrée et l'usine d'explosifs. «Donc, c'est un projet bonifié, amélioré qui aura un coût plus important», a résumé Julie Boulet.

La construction des sept gares qui seront érigées sur l'île de Montréal se fera au cours de l'été tandis que celle des gares des villes de Charlemagne, Repentigny, Terrebonne et Mascouche s'amorcera à l'automne. «À partir d'aujourd'hui, c'est assez rapide comme temps d'exécution», a estimé Mme Boulet.

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs a délivré, plus de 10 mois après avoir obtenu le rapport du BAPE, le certificat d'autorisation environnementale nécessaire au ministère des Transports pour aller de l'avant dans la réalisation du projet du Train de l'Est. «Ce train de banlieue permettra entre autres de consolider et d'accroître l'usage des transports collectifs, de réduire de manière importante, à moyen et à long termes, l'émission de gaz à effet de serre et de diminuer la congestion de la circulation en période de pointe», a fait remarquer Line Beauchamp par voie de communiqué.

Long de plus de 50 km, le Train de l'Est doit relier le centre-ville de Montréal aux villes de Charlemagne, Repentigny, Terrebonne et Mascouche. Il empruntera en partie le tracé de la ligne de trains de banlieue Montréal-Deux-Montagnes

L'AMT souhaite enregistrer 7000 passages par jour au lendemain de la mise en service du train et 11 000 par jour à moyen terme.